Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 08 - 2019

Apparemment, à l'heure de la transcription de ces lignes, sa démission ou son limogeage est en l'air. Des noms ont été annoncés pour son remplacement. Encore que ces noms ne pourront pas remplir adéquatement le fauteuil ministériel. Enfin ceci est une autre affaire.
Toutefois et en l'état, le grand patron de la caisse des droits des auteurs et de tout artiste vient de subir une belle coupe longitudinale. Une mesure dite préventive. Une mise fin à ses fonctions. Ainsi et avant même que les résultats de l'enquête diligentée par l'autorité judicaire n'aient à établir les culpabilisations, voilà qu'un premier présumé auteur indirect et pas des moindres vient de tomber. Cela s'apparente à la chute d'un empereur en attendant l'effondrement du sommet de l‘empire. C'est la moindre des mesures à prendre au plan administratif diront les plus avertis quand la plus importante reste toujours dans cette indifférence de la tutelle de vouloir se démettre ou se de se voir carrément démis. Si dans la règle de Droit et ses élémentaires théories, les responsabilités sont ou d'un fait personnel, du fait d'autrui ou du fait des choses et des animaux, il y est de ces responsabilités tacites et non expresses qui ne s'inscrivent que dans la case morale et qu'aucun code ne prévoit. La responsabilité politique. Celle pour laquelle l'on ne peut faire des choix à demi-mesure. Elle est entière, totale et de bout en bout dès l'acquiescement à remplir ou pourvoir le poste. C'est presque une vente en gros, à prendre ou à laisser.
En pareille situation, devant un tel drame l'on ne doit pas émettre ses propres émotions, mais assumer ses propres responsabilités. Les condoléances les plus attristées ou les mansuétudes les plus affligées ne régleront en rien le chagrin des parents éplorés. Certes, la démission aussi n'aura, quant à elle que le même effet à un degré donné et n'arrivera pas à consoler les proches des défunts. Mais fera, tout de même, enraciner cette culture de savoir prendre sur soi le sens d'avoir failli à une mission et l'absence de déclinaison des risques encourus. Elle permet au moins la décantation de sa conscience et le refroidissement de la tête après l'euphorie, le faux enthousiasme et l'excès de suffisance. La responsabilité politique est un acte de bravoure, la démission lorsqu'elle s'impose est une expression d'honneur. Une auto-évaluation.
Fuir ce qui est imputable ou imputer le fait à des faits externes de sa volonté n'est qu'une gageure de mineur. Une négation puérile, type de ce n'est pas moi, Monsieur ! L'élément exogène comme effet dans la responsabilité n'absout en rien l'endogène comme cause. Il n'y a nul besoin d'aller chercher les causes mortelles dans le stade ou ses alentours. Dans la densité ou la chronologie. La mort était déjà dans le manque de professionnalisme, le défaut de savoir réunir les foules et dans le choix de la géographie comme p'tit salon de réception. La mort de ces enfants et les souffrances de ces blessés seraient, à priori dans cette compétitivité absurde de vouloir égaler de talentueux organisateurs, cette envie de paraître travailler et faire quelque chose dans la morosité d'une citoyenneté à bout de souffle.
Ce sont au sens managérial tous ces imprévus, ce croisement fortuit impensé, à la limite ce compter sur l'autre et sur tout le monde, qui viennent charger d'une lourde responsabilité gestionnelle la ministre de la Culture.
C'est sous son égide, son haut patronage à défaut de fakhamatouhou, que s'est déroulé la tragédie. En toutes circonstances ce fâcheux événement restera dans la triste mémoire de la culture algérienne, de ses désinvoltures et de ses plus mauvais relais.
Il sera une mention supplémentaire à rajouter à la pauvreté d'un cursus par une encre funéraire pour bien attester la nomination par défaut. Six mois après, la culture doit sortir de toutes ses convalescences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.