Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 08 - 2019

Apparemment, à l'heure de la transcription de ces lignes, sa démission ou son limogeage est en l'air. Des noms ont été annoncés pour son remplacement. Encore que ces noms ne pourront pas remplir adéquatement le fauteuil ministériel. Enfin ceci est une autre affaire.
Toutefois et en l'état, le grand patron de la caisse des droits des auteurs et de tout artiste vient de subir une belle coupe longitudinale. Une mesure dite préventive. Une mise fin à ses fonctions. Ainsi et avant même que les résultats de l'enquête diligentée par l'autorité judicaire n'aient à établir les culpabilisations, voilà qu'un premier présumé auteur indirect et pas des moindres vient de tomber. Cela s'apparente à la chute d'un empereur en attendant l'effondrement du sommet de l‘empire. C'est la moindre des mesures à prendre au plan administratif diront les plus avertis quand la plus importante reste toujours dans cette indifférence de la tutelle de vouloir se démettre ou se de se voir carrément démis. Si dans la règle de Droit et ses élémentaires théories, les responsabilités sont ou d'un fait personnel, du fait d'autrui ou du fait des choses et des animaux, il y est de ces responsabilités tacites et non expresses qui ne s'inscrivent que dans la case morale et qu'aucun code ne prévoit. La responsabilité politique. Celle pour laquelle l'on ne peut faire des choix à demi-mesure. Elle est entière, totale et de bout en bout dès l'acquiescement à remplir ou pourvoir le poste. C'est presque une vente en gros, à prendre ou à laisser.
En pareille situation, devant un tel drame l'on ne doit pas émettre ses propres émotions, mais assumer ses propres responsabilités. Les condoléances les plus attristées ou les mansuétudes les plus affligées ne régleront en rien le chagrin des parents éplorés. Certes, la démission aussi n'aura, quant à elle que le même effet à un degré donné et n'arrivera pas à consoler les proches des défunts. Mais fera, tout de même, enraciner cette culture de savoir prendre sur soi le sens d'avoir failli à une mission et l'absence de déclinaison des risques encourus. Elle permet au moins la décantation de sa conscience et le refroidissement de la tête après l'euphorie, le faux enthousiasme et l'excès de suffisance. La responsabilité politique est un acte de bravoure, la démission lorsqu'elle s'impose est une expression d'honneur. Une auto-évaluation.
Fuir ce qui est imputable ou imputer le fait à des faits externes de sa volonté n'est qu'une gageure de mineur. Une négation puérile, type de ce n'est pas moi, Monsieur ! L'élément exogène comme effet dans la responsabilité n'absout en rien l'endogène comme cause. Il n'y a nul besoin d'aller chercher les causes mortelles dans le stade ou ses alentours. Dans la densité ou la chronologie. La mort était déjà dans le manque de professionnalisme, le défaut de savoir réunir les foules et dans le choix de la géographie comme p'tit salon de réception. La mort de ces enfants et les souffrances de ces blessés seraient, à priori dans cette compétitivité absurde de vouloir égaler de talentueux organisateurs, cette envie de paraître travailler et faire quelque chose dans la morosité d'une citoyenneté à bout de souffle.
Ce sont au sens managérial tous ces imprévus, ce croisement fortuit impensé, à la limite ce compter sur l'autre et sur tout le monde, qui viennent charger d'une lourde responsabilité gestionnelle la ministre de la Culture.
C'est sous son égide, son haut patronage à défaut de fakhamatouhou, que s'est déroulé la tragédie. En toutes circonstances ce fâcheux événement restera dans la triste mémoire de la culture algérienne, de ses désinvoltures et de ses plus mauvais relais.
Il sera une mention supplémentaire à rajouter à la pauvreté d'un cursus par une encre funéraire pour bien attester la nomination par défaut. Six mois après, la culture doit sortir de toutes ses convalescences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.