PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

  Apres une attente qui aura duré plus de deux années, des familles habitants au bidonville de Kouchet El Djir viennent de lancer un énième appel aux responsables de la wilaya et de la daïra d'Oran pour les intégrer dans l'opération de relogement qui ciblera prochainement plus de 6.000 familles du quartier des Planteurs, dans le cadre de la deuxième tranche du programme Spécial Les Planteurs.
Une trentaine de familles en contrebas d'une falaise vivent sous le spectre permanent d'un éboulement. Les représentants de ces familles se sont déplacés hier au siège de notre rédaction, pour lancer un SOS, avant que ne survienne une catastrophe. Selon nos interlocuteurs, la peur et le spectre du danger planent sur plusieurs familles du bidonville dit Terrain Gazelle. Les familles sont menacées par les glissements de terrain et les coulées de boue. Les maisons de fortune qu'elles occupent sont situées au bas d'une falaise. La peur est le risque sont devenus plus importants, après le drame qui a coûté la vie à une jeune fille il y a plus d'une année. «Une trentaine de familles ayant élu domicile dans ce bidonville se débattent seules contre un danger réel qui menace leur existence. Nous espérons être relogés avant l'hiver, synonyme pour nous de cauchemar», dira une habitante. «Le risque est important.
Les habitations sous cette falaise risquent carrément d'être ensevelies en cas de fortes précipitations», ajoute-t-elle. «On craint que le scénario de 2017 se répète et que nous soyons les nouvelles victimes», ajoute la même habitante. Face à cette situation, les habitants, complètement dépassés par l'ampleur de la catastrophe, ne savent plus quoi faire. «Les décisions prises après cette catastrophe par l'ex-wali Abdelghani Zaalane étaient salutaires. Toutefois, suite au dernier recensement, seulement 10 familles ont été relogées, alors que près d'une trentaine de maisons sont exposées au risque», affirme cette dame qui lance un appel aux autorités locales pour une prise en charge. En effet, dix familles sinistrées suite à l'éboulement survenu au bidonville Kouchet El Djir qui a fait un mort et des blessés ont été prises en charge par les services de la wilaya. Ces familles ont bénéficié de logements au pôle urbain de Oued Tlelat. Le jour de cet accident, l'ex- wali d'Oran avait décidé d'urgence de reloger cinq familles dont les habitations ont été endommagées totalement. Aussi, une commission technique présidée par le chef de daïra d'Oran a été mise en place pour examiner la situation des familles de ce quartier. La commission a recensé cinq autres familles à reloger, dont les habitations risquent d'être ensevelies en cas d'un autre éboulement.. Ce comité comprenait également des représentants des habitants du quartier. L'ex-wali d'Oran a reçu les représentants des habitants et a écouté leurs préoccupations au sujet de leur quartier suite à cet incident tragique. Il a exprimé sa compréhension pour les préoccupations de ces citoyens et a souligné à son tour que l'Etat prendra en charge leurs préoccupations. Cette opération de relogement a créé un sentiment d'apaisement au sein de la population. Toutefois les occupants de ce bidonville souhaitent une prise en charge totale dans le cadre du programme d'éradication de l'habitat précaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.