Les avocats en colère    Les deux poids, deux mesures de la wilaya d'Alger    Une marche populaire empêchée à El-Esnam    Ces nids à problèmes    Huit campus algériens dans le Top-100    Deux ouvrages de Abdenour Keramane attendus en octobre    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Hamid Daimallah n'est plus    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    4 décès et 160 nouveaux cas en 24 heures    Les écueils d'une rentrée inédite    Le rapport accablant de l'APW de Tizi Ouzou    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Pluies orageuses sur certaines wilayas du Centre et de l'Est du pays    Patinage même pas artistique    Nomadland se place pour les Oscars après sa victoire à Toronto    Des manuscrits de Georges Brassens adjugés cinq fois leur estimation    La marche du livre brave les interdits    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Metz : Boulaya frusté par les deux points perdus face à l'OM    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Rue Khalifa Bensalem à Choupot: Des familles sous la menace d'un effondrement    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    Un concept à revisiter ?    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Electricité et gaz: Les ménages pas concernés par la hausse des tarifs    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    L'avis des experts    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour «menace et destruction de documents officiels»: Le SG du FLN en prison
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 09 - 2019

Le juge d'instruction près le Tribunal de Sidi M'hamed a ordonné, jeudi dernier, la mise sous mandat de dépôt l'ex SG du FLN, Mohamed Djemai.
Le député emboîte ainsi le pas à Djamel Ould Abbès, l'autre SG du FLN emprisonné depuis plusieurs mois au Centre pénitentiaire d'El Harrach pour une affaire de corruption et de dilapidation de biens publics. L'accusé qui a comparu dans la matinée, devant le procureur de la République, a été déféré devant le juge d'instruction pour « menace et destruction de documents officiels ».
La Commission des Affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN) avait étudié, il y a quelques jours, la demande de levée de l'immunité parlementaire de trois députés dont Mohammed Djemai, introduite par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati. Le député Mohamed Djemai avait renoncé, faut-il le souligner, volontairement à son immunité parlementaire, suite à la demande du ministère de la Justice. Le député de Tebessa qui avait pourtant affirmé à maintes reprises, sur les plateaux de télévision qu'il était innocent de toutes les accusations distillées, notamment sur les réseaux sociaux et sur la presse nationale, a fini par être épinglé par la Justice.
C'est un autre coup très dur porté au Front de libération nationale qui a accaparé le pouvoir depuis l'indépendance du pays, en 1962.
Mohamed Djemai que la vox populi accusait de s'adonner à un large trafic aux frontières de l'Est, a multiplié les interventions sur des chaînes de télévision privées pour tenter de soigner son image, en affirmant «être étranger à toutes les affaires dont on l'accuse». Le député très controversé a tenté également, de disculper le FLN à travers analyses et excuses farfelues qui ne convainquent personne.
En ce sens, il avait affirmé que le parti du FLN était victime des agissements de la « bande » qui était au pouvoir durant deux décennies, au même titre que tous les autres citoyens.
Il avait affirmé, sur une chaîne de télévision que c'était en réalité le frère du président déchu, Saïd Bouteflika, qui dirigeait le parti. Les arguments de Mohamed Djemai étaient tellement ridicules que personne ne l'a pris au sérieux.
L'ex patron du FLN qui a mené une campagne médiatique pour redorer le blason de sa formation, qui subit les foudres du mouvement populaire depuis le 22 février dernier, a semble-t-il, au contraire, précipité sa chute. Il rejoint ainsi ce qui est appelé communément « la bande » à la prison d'El Harrach en attendant de répondre de ses actes devant les juridictions compétentes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.