Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: Deuxième grève «surprise» des enseignants du primaire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 10 - 2019

Les enseignants du primaire ont observé, hier, une grève «surprise», en réponse à un appel diffusé via facebook. Les protestataires s'insurgent contre « la dégradation de leurs conditions de travail » et demandent à la tutelle de respecter ses promesses quant aux revendications socioprofessionnelles, qui ne datent pas d'aujourd'hui.
Cette grève surprise est la deuxième du genre depuis la rentrée scolaire. Une grève déclenchée en dehors du cadre syndical et dont le taux de suivi était mitigé d'un établissement à un autre et d'une wilaya à une autre, selon les estimations de l'UNPEF.
Le chargé de communication de l'UNPEF, Abdelouahab Lamri Zegar, a affirmé que son syndicat estime que les revendications des enseignants du primaire sont « légitimes » mais, dit-il, « ces appels anonymes sur facebook qui nous inquiètent, on ne sait pas qui est derrière cet appel à la grève, il se peut qu'il soit du secteur, comme il se peut qu'il soit carrément en dehors du secteur».
Le porte-parole de l'UNPEF craint, dit-il, « la banalisation des revendications » par le fait que chaque palier proteste seul. M. Lamri Zegar dit soutenir les enseignants du primaire mais en préférant que la grève soit déclenchée de manière organisée et dans le cadre syndical, précédée par un préavis de grève qui préservera les droits des enseignants et des élèves.
Le secrétaire général de l'UNPEF, Sadek Dzairi, a affirmé auprès des organes de presse que son syndicat envisageait la possibilité de faire la grève périodiquement, à raison d'un jour par semaine impliquant essentiellement les enseignants du primaire. Les revendications des enseignants du primaire se résument dans la réduction des heures du travail. Ils demandent également leur libération de l'accompagnement des élèves en dehors de la salle de classe, ainsi que la création de postes de professeurs d'éducation physique.
Le point focal dans leurs revendications reste la révision du décret présidentiel 14/266 relatif au reclassement des enseignants. A Alger, comme ailleurs, les enseignants grévistes ont observé un sit-in devant l'annexe du ministère de l'Education nationale aux Annassers, pour réclamer la concrétisation de leurs revendications socioprofessionnelles. D'autres enseignants ont protesté devant les sièges de direction de l'Education locale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.