Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 11 - 2019

Le procès de 42 détenus poursuivis pour «atteinte à l'unité nationale» soit pour le port de l'emblème Amazigh, ou pour avoir brandi des pancartes hostiles au régime, s'est ouvert hier au tribunal de Sidi M'hamed. La comparution des détenus devant le juge s'est poursuivie tard dans la journée, face à une forte mobilisation de soutien. Plus d'une centaine de personnes se sont rassemblées près du tribunal pour exiger la libération des détenus, dont la majorité a été interpelée lors du Hirak. Sur les 42 détenus arrêtés dans la quasi-majorité lors des marches du mouvement populaire des 21 et 28 juin dernier, deux sont des femmes, en l'occurrence la militante du RCD Samira Messouci et l'étudiante Nour El Houda Yasmine Dahmani, âgée de 22 ans.
La juridiction a ainsi présenté les détenus sur la base de 10 dossiers et chaque dossier regroupait un groupe de détenus. Le premier groupe comptait 7 détenus, dont la majorité a été poursuivie pour l'exhibition de l'emblème amazigh. Les avocats de la défense ont tout fait pour convaincre le juge que l'emblème amazigh est un référent identitaire qui ne menace nullement l'unité nationale. «Au contraire, il consolide et soude l'unité des Algériens et l'unité de l'ensemble des pays de l'Afrique du Nord», souligne-t-on.
Sous les applaudissements tolérés par le juge, les avocats de la défense ont relevé des contradictions par rapport aux accusations. «On n'arrive pas à comprendre, on reconnaît la langue amazighe, on reconnaît dans la Constitution la dimension identitaire berbère, on a officialisé Yennayer en tant que fête nationale, mais on ne tolère pas l'emblème amazigh». D'autres avocats qui étaient en force s'interrogeaient devant le juge comment expliquer que des détenus poursuivis pour «atteinte à l'unité nationale», en vertu de l'article 79 du code pénal, ont été libérés dans d'autres wilayas du pays, mais pas à Alger. Certains avocats ont précisé devant le juge qu'aucun texte de loi ne prévoit l'arrestation et l'emprisonnement d'une personne pour le port d'un emblème autre que le drapeau national. Il s'agit pour eux d'une manœuvre politique pour casser le Hirak, considérant les détenus comme des «otages d'une manœuvre du pouvoir».
Bien que le procureur de la République ait requis 2 ans de prison ferme et une amende de 100.000 DA à l'encontre du premier groupe composé de 7 personnes, les avocats se sont montrés confiants, ils parlaient de la possibilité de relaxe des détenus dans le hall du tribunal.
L'avocat Benyoub Djamel a affirmé devant la presse que «c'est un procès équitable. Les accusés, que nous considérons comme des otages, ont pu parler en toute liberté devant le juge». Pour lui, la justice algérienne doit saisir cette opportunité d'ouverture et de liberté, fruit du Hirak. Il a exprimé son optimisme quant au sort des détenus au même titre que l'avocat Mustapha Bouchachi, ainsi que l'ensemble des avocats de la défense. Ils étaient tous unanimes à l'affirmer. «Cette journée sera historique pour la justice algérienne, elle va marquer le début d'une véritable indépendance de la justice, une fois les jeunes manifestants seront libérés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.