La main de l'étranger à géométrie variable    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Délire    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    LFP - Licence professionnelle: Un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    SE VOILER LA FACE    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Tlemcen: Deux personnes succombent après un incendie    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Covid-19: réception prochaine d'une quantité de "Lovenox"    Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    Europa League: Ghoulam dans l'équipe type de la 4e journée !    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Economie: L'Algérie «dans le rouge»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 11 - 2019

S'exprimant sur les ondes de la radio chaîne 3, Youcef Benabdellah, professeur en économie, affirme que l'Algérie est « dans le rouge » et que le pays a pris du retard depuis 2014 en n'élaborant pas une démarche économique pour sortir de la dépendance accrue des recettes des hydrocarbures.
«L'Algérie doit œuvrer à générer des flux financiers correspondant à la productivité réelle de son économie, en réduisant sa dépendance aux hydrocarbures », a indiqué M. Benabdellah, regrettant que les données liées aux aspects financiers «ne sont pas reliées aux aspects réels de l'économie nationale». Selon lui, l'économie nationale «s'est appauvrie depuis quarante ans, alors qu'elle manifestait des apparences de richesse, notamment avec l'appui des réserves de change qui ont pu atteindre les 200 milliards de dollars et le Fonds de régulation des recettes (FRR)». Pour cet économiste, il est nécessaire, voire urgent, de réfléchir à des solutions pour produire de la richesse sans recourir au pétrole et sans épuiser les réserves de change du pays. «C'est le chantier difficile et douloureux qui attend les Algériens et les prochains gouvernants», a-t-il déclaré, proposant de «rétablir les équilibres financiers, notamment au niveau du budget de l'Etat», et appelant à développer «une capacité régalienne pour débusquer des réserves financières». Il s'agit également de «réduire le déficit de la balance des paiements en réussissant la bataille de l'export à travers une production nationale solide et de qualité pour diversifier les recettes d'exportation et ainsi réduire la vulnérabilité de l'économie nationale vis-à-vis de l'extérieur». « L'invité de la rédaction », émission matinale de la chaîne 3, a également plaidé en faveur d'un investissement public orienté vers la productivité économique et non «vers la demande publique». Concernant les investissements directs étrangers (IDE), M. Benabdellah a estimé nécessaire de les orienter vers les secteurs à forte valeur ajoutée, par l'élaboration d'une stratégie nationale en faveur des secteurs avec un fort potentiel de transformation structurelle de l'économie nationale, précisant que le principal secteur devant être visé est le secteur industriel. Il a, en outre, appelé à la mise en place d'un système d'incitation en faveur des investissements locaux et à adopter une stratégie de développement basée sur la «stabilité institutionnelle» pour rassurer les investisseurs» nationaux ou étrangers.
«Contraintes drastiques», selon l'UNEP
De son côté, l'Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP) estime que l'économie nationale est confrontée à des «contraintes drastiques» à caractère structurel, résultant des effets cumulés de nombreux facteurs endogènes et exogènes. Dans un communiqué de son bureau national publié lundi, l'UNEP estime qu' « au cours des derniers mois, plusieurs secteurs de l'économie nationale connaissent de graves difficultés dues notamment à la baisse importante des plans de charge, à la baisse constante de la demande sur les biens et services, ainsi qu'à la persistance des créances non recouvrées et à la difficulté d'approvisionnement en matières premières, pièces détachées ou intrants ». Cela a généré des «situations extrêmement difficiles à gérer qui hypothèquent souvent la vie même de nombreuses entreprises», estiment les patrons du secteur public économique, ajoutant que «cette situation de stagnation économique, si elle venait à se poursuivre, risque d'avoir pour conséquences, notamment une déliquescence du tissu industriel national et une aggravation du chômage, qui touche de nombreux citoyens et en particulier les jeunes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.