153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La stratégie des USA dans les nationalisations du pétrole: Comment le monde arabe, l'Iran et les Etats-Unis continuent de sauver le monde ! (3ème partie)
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 01 - 2020

Les conséquences qui peuvent résulter de la mort du général Qassem Soleimani. Les guerres par procuration dans la crise libyenne
On le constate encore aujourd'hui. Si Donald Trump a ordonné le raid qui a tué le général iranien Qassem Soleimani, avec l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, leader des paramilitaires pro-Iran, désormais intégrés aux forces de sécurité irakiennes, le vendredi à Bagdad, qui n'est ni plus ni moins qu'un assassinat, on peut s'interroger comment une grande puissance est arrivée à de tels expédients, plus terroristes que ce qu'elle qualifie d'antiterroristes. Mais cet homme est un général aimé dans son pays, on ne tue pas sans preuve et d'une manière immorale.
De même, la riposte par l'Iran par des missiles sol-sol à partir du sol iranien sur des bases américaines, un acte désormais de guerre, et d'après le décompte fait par l'Iran qui a annoncé 80 morts américains, comme on le lit dans la revue française « Express », du 8 janvier 2020 : « Dans un tweet au ton particulièrement léger et plutôt apaisant, le président américain Donald Trump a indiqué qu'il ferait une déclaration mercredi matin et laissé entendre que le bilan n'était pas très lourd. « L'évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Jusqu'ici, tout va bien ! » a-t-il lancé. La télévision publique iranienne a de son côté annoncé 80 morts américains, un chiffre qui n'est pour l'instant absolument pas vérifié » (3). Tout rime que ces événements n'annoncent rien de bon ni pour les Etats-Unis ni pour l'Iran.
Et si ces événements sont aussi « programmés », parce qu'ils doivent contrer les quantitative easing américains, européens et japonais qui sont aussi « programmés » et cherchent à « asphyxier » financièrement le monde. Le désendettement de l'Europe et des Etats-Unis passent par l'« asphyxie financière » du reste du monde et de son « endettement programmé » grâce précisément au processus des quantitative easing (QE) qui ne disent pas réellement leur « véritable secret » dans le financement mondial. Et ils visent principalement la nouvelle puissance économique mondiale, la Chine. Et tout ce qui se passe entre l'Iran et les Etats-Unis est en lien avec le « nouvel ordre mondial que la Chine est en train de façonner avec son renminbi (RMB), une monnaie devenue internationale et ses formidables réserves de change ».
On a donc une programmation occidentale et probablement, au-dessus, une « programmation » transcendantale. Ou plutôt « toutes deux transcendantales ». L'homme ne fait que ce qui est en puissance dans l'histoire, et non l'histoire fait ce qui est en puissance dans l'homme.
Et une guerre qui serait désastreuse entre l'Iran et les Etats-Unis serait paradoxalement « bénéfique » pour le reste du monde. Le prix du pétrole va exploser surtout si le détroit d'Ormuz, par où passe un quart de la production mondiale de pétrole brute, est fermé par l'Iran. Un pétrole très cher va pousser les injections monétaires occidentales au paroxysme, la demande et la consommation mondiale vont exploser. La croissance économique mondiale va s'élever partout dans le monde, en Occident, en Chine, en Afrique, en Russie, en Amérique du Sud.
On comprend dès lors l'importance du monde arabe, de l'Iran et des Etats-Unis dans la marche de l'humanité. Un monde arabe qui n'a rien fait pour devenir ce qu'il est sinon ce que la géographie-monde a fait de lui. Il est bien évident que ni les Etats-Unis, ni les pays arabes ni l'Iran ne savent qu'ils ont sauvé économiquement l'humanité entière dans les années 1970 et continuent encore de la sauver y compris dans les années 1980 malgré l'endettement mondial, les années 1990 en permettant à la Chine de monter en puissance et surtout dans les années 2000-2014. Avec la première phase du début du troisième millénaire qui a vu avec l'entrée en guerre des Etats-Unis en guerre en Irak en 2003, les cours du pétrole plafonnés jusqu'à plus de 100 dollars le baril. Au plus haut de la crise, à l'été 2008, il a établi un record, 147 dollars le baril. Puis la deuxième phase, avec les QE, longtemps les cours sont restés entre 100 et 130 dollars le baril, jusqu'à la fin du premier semestre 2014.
De même dans la crise libyenne, une guerre occidentale qui se fait par procuration. Ce qui est incroyable, les Etats-Unis sont dans les deux camps qui s'opposent en Libye. Présents en Arabie saoudite, en Egypte, aux Emirats arabes unis (EAU) soutenant les troupes du maréchal Khalifa Haftar, rassemblés sous la bannière de l'Armée nationale libyenne (ANL), ces pays sont sous la dépendance américaine, de l'autre le Gouvernement d'union nationale (GAN) dirigé par Faïez Sarraj, reconnu par la communauté internationale, et a le soutien de l'Occident et la Turquie. Il est évident que les Etats-Unis sont « parties prenantes dans les deux camps ». Et cette guerre entre Libyens et leurs soutiens contradictoires de pays arabes et de la Turquie va au-delà des relations conflictuelles pour la prise de pouvoir en Libye et de leurs soutiens régionaux respectifs. Les Etats-Unis profitent de cette guerre qui se fait par procuration sous leur égide et explique aussi pourquoi « il n'y a pas de consensus pour mettre fin aux milices armées et créer un Etat libyen souverain ». Pourquoi ? Parce que le conflit libyen est un peu comme un don de Dieu dans la stratégie planétaire des Etats-Unis. Stratégie basée sur le pétrole, et le pétrole arabe est leur « survie », c'est lui qui assure la puissance du dollar et les liquidités que la Fed américaine injecte dans le monde sans qu'aucune entité financière et monétaire dans le monde ne puisse contrôler son pouvoir d'émission. Et c'est ce pouvoir qui impose les Etats-Unis comme première puissance du monde.
A suivre
*Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale, Relations internationales et Prospective
Note:
3. « VIDEO. L'Iran frappe deux bases abritant des soldats américains en Irak », par la revue française L'Express. Le 8 janvier 2020.
https://www.lexpress.fr/actualite/monde/l-iran-frappe-deux-bases-abritant-des-soldats-americains-en-irak_2113713.html?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.