L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le gouvernement précise les conditions de circulation des personnes et des marchandises    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le journaliste Drareni arrêté et transféré dans un poste de police    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Incendie d'un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit    GROUPE PHARMACEUTIQUE SAIDAL : Distribution d'un million d'unités de paracétamol à travers le pays    ETABLISSEMENT PUBLIC DE TELEVISION (EPTV) NATIONAL : Lancement d'une sixième chaîne de télévision    Le P-DG d'Algérie Télécom démis de ses fonctions !    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN ALGERIE : Extension de la mesure de confinement partiel à 9 wilayas    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 409 cas confirmés dont 26 décès    COVID 19 : Vers le report des Jeux Méditerranéens d'Oran    Sous la pandémie couve le nouveau monde    LES CONTROLES SE POURSUIVENT : SUSPICION DE CORONAVIRUS : Saisie d'importantes quantités de produits alimentaires à Mostaganem    La fin d'un monde    L'économie mondiale est désormais entrée en récession    Barça : De Jong raconte une anecdote sur Abdelhak Nouri    Real Madrid: la Juve relance la piste Marcelo !    Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus    Le chef de file de l'opposition enlevé dans le centre du Mali    Pas de trêve sanitaire en Libye    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Covid-19 : L'équipe de virologues chinois arrive cet après-midi à Alger    Coronavirus: Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie saoudite    Le ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des Algériens bloqués à l'étranger    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19 : l'APN appelle à faire prévaloir l'esprit d'initiative et de solidarité    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Cherki: «Quel club me fait rêver excepté l'OL ? Le Real »    COVID-19: Plus d'un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays    Procès de Karim Tabou: précisions du Parquet général    Automobile : le service après-vente au ralenti    La Cour d'Alger confirme le jugement de première instance    Tabbou : le procès qui fait scandale    Trois leçons pour l'après-corona    Le coronavirus et nous    Pour Karim Tabbou    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    Quelques réflexions sur la norme et ses avatars    Exégètes amateurs et autres experts cathodiques : faites-les taire, monsieur Louber (*) !    L'Institut Cervantès assure les cours à distance    L'Onel soutient les populations en confinement    Karim Tabou victime d'un AVC    Ghardaïa: démantèlement d'un réseau de déplacement de migrants clandestins du Sud vers le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que serait le 7e art sans les artistes ?!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2020

Par quoi devrait passer la relance du cinéma ? Par une prise en charge sérieuse de la situation catastrophique des artistes. Que serait le 7e art sans les artistes ? Hélas, le film dramatique des artistes, tiré de faits réels, est occulté par ceux qui tentent de mettre le doigt sur le mal du cinéma et lui trouver remède. Ainsi, producteurs, techniciens du cinéma et animateurs de ciné-clubs sont unanimes sur la question, pour donner vie à ce créneau, il est impératif de récupérer les salles de cinéma, mettre en place des réseaux de distribution de films et créer des espaces de travail dédiés aux ciné-clubs, estime-t-on.
Sans prêter la moindre attention à l'élément clé du cinéma, à savoir l'artiste qui, lui, par grandeur d'âme souffre en silence de tous ses maux. Le diagnostic établi par ces professionnels du secteur, donc, lors d'une récente rencontre organisée par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, reste incomplet tant qu'il n'a pas fait référence au drame vécu par les artistes, qui se trouvent au bout du rouleau, au stade de ne plus pouvoir assurer le minimum alimentaire des leurs, et qui sont rattrapés l'un derrière l'autre par des malaises synonyme des tensions professionnelles longtemps refoulées, dont des maladies cardiovasculaires, d'hypertension et de diabète. Certes, les pouvoirs publics font montre d'une nouvelle vision qui exprime l'importance accordée à ce secteur, mesurant son poids économique et son influence positive sur l'imaginaire collectif, mais cette bonne attention reste amputée de l'essentiel, ce pas simple à faire pour sauver du naufrage les artistes, sans lesquels le cinéma pataugera plus longtemps encore dans le marasme. Présente lors de la rencontre en question, la ministre de la Culture Malika Bendouda, au courant des petits et grands détails de son secteur, comme nous l'ont confié des artistes, a clairement souligné cette volonté politique exprimée au plus haut niveau de l'Etat pour développer le cinéma, qui s'est traduite, justement, par la création du secrétariat d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique, sans prononcer le moindre mot sur la nécessaire amélioration de la situation socioprofessionnelle des artistes. Le président Tebboune, qui est à l'origine de tout cet intérêt pour le cinéma, n'a pas manqué d'insister dans ce sens, à plusieurs reprises, sur le rôle du cinéma dans le traitement de plusieurs phénomènes de nature sociale, à l'exemple de l'émigration clandestine (Harga) et autres concrétisations de projets cinématographiques de dimensions historiques. Mais, l'artiste reste absent dans ce discours. C'est dans ce cadre occultant un acteur principal que le secteur commence un peu à explorer les voies et moyens pour donner la lumière aux salles sombres, sans prendre conscience que c'est le moment opportun pour faire obligeance au rôle des artistes dans la relance du cinéma. On s'est attaqué promptement aux questions matérielles, dont l'absence des salles de cinéma et la vétusté du matériel de projection qui entravent toute velléité de relance du secteur. On a également préconisé une judicieuse organisation d'ateliers de formation pour les cinéastes amateurs et le règlement du problème des visas d'exploitation des films algériens, dont la procédure est jugée «lourde» et restrictive pour la liberté de créer. Il s'agit-là de démarches justes et fondées, car le cinéma a été complètement asphyxié sur le plan matériel, non pas par manque de moyens financiers, mais par le fait d'une mauvaise gestion des budgets colossaux consacrés à cette filière. Mais, est-ce seulement cet aspect matériel qui fait défaut à la relance du cinéma algérien ? L'artiste est le pivot de ce programme qui cherche à sortir de l'ombre le cinéma. Il faut impérativement lui accorder le statut qui est le sien avant de parler de divertissement et d'œuvres cinématographiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.