«L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Satisfaction des autorités, frustration des candidats    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que serait le 7e art sans les artistes ?!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2020

Par quoi devrait passer la relance du cinéma ? Par une prise en charge sérieuse de la situation catastrophique des artistes. Que serait le 7e art sans les artistes ? Hélas, le film dramatique des artistes, tiré de faits réels, est occulté par ceux qui tentent de mettre le doigt sur le mal du cinéma et lui trouver remède. Ainsi, producteurs, techniciens du cinéma et animateurs de ciné-clubs sont unanimes sur la question, pour donner vie à ce créneau, il est impératif de récupérer les salles de cinéma, mettre en place des réseaux de distribution de films et créer des espaces de travail dédiés aux ciné-clubs, estime-t-on.
Sans prêter la moindre attention à l'élément clé du cinéma, à savoir l'artiste qui, lui, par grandeur d'âme souffre en silence de tous ses maux. Le diagnostic établi par ces professionnels du secteur, donc, lors d'une récente rencontre organisée par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, reste incomplet tant qu'il n'a pas fait référence au drame vécu par les artistes, qui se trouvent au bout du rouleau, au stade de ne plus pouvoir assurer le minimum alimentaire des leurs, et qui sont rattrapés l'un derrière l'autre par des malaises synonyme des tensions professionnelles longtemps refoulées, dont des maladies cardiovasculaires, d'hypertension et de diabète. Certes, les pouvoirs publics font montre d'une nouvelle vision qui exprime l'importance accordée à ce secteur, mesurant son poids économique et son influence positive sur l'imaginaire collectif, mais cette bonne attention reste amputée de l'essentiel, ce pas simple à faire pour sauver du naufrage les artistes, sans lesquels le cinéma pataugera plus longtemps encore dans le marasme. Présente lors de la rencontre en question, la ministre de la Culture Malika Bendouda, au courant des petits et grands détails de son secteur, comme nous l'ont confié des artistes, a clairement souligné cette volonté politique exprimée au plus haut niveau de l'Etat pour développer le cinéma, qui s'est traduite, justement, par la création du secrétariat d'Etat chargé de l'Industrie cinématographique, sans prononcer le moindre mot sur la nécessaire amélioration de la situation socioprofessionnelle des artistes. Le président Tebboune, qui est à l'origine de tout cet intérêt pour le cinéma, n'a pas manqué d'insister dans ce sens, à plusieurs reprises, sur le rôle du cinéma dans le traitement de plusieurs phénomènes de nature sociale, à l'exemple de l'émigration clandestine (Harga) et autres concrétisations de projets cinématographiques de dimensions historiques. Mais, l'artiste reste absent dans ce discours. C'est dans ce cadre occultant un acteur principal que le secteur commence un peu à explorer les voies et moyens pour donner la lumière aux salles sombres, sans prendre conscience que c'est le moment opportun pour faire obligeance au rôle des artistes dans la relance du cinéma. On s'est attaqué promptement aux questions matérielles, dont l'absence des salles de cinéma et la vétusté du matériel de projection qui entravent toute velléité de relance du secteur. On a également préconisé une judicieuse organisation d'ateliers de formation pour les cinéastes amateurs et le règlement du problème des visas d'exploitation des films algériens, dont la procédure est jugée «lourde» et restrictive pour la liberté de créer. Il s'agit-là de démarches justes et fondées, car le cinéma a été complètement asphyxié sur le plan matériel, non pas par manque de moyens financiers, mais par le fait d'une mauvaise gestion des budgets colossaux consacrés à cette filière. Mais, est-ce seulement cet aspect matériel qui fait défaut à la relance du cinéma algérien ? L'artiste est le pivot de ce programme qui cherche à sortir de l'ombre le cinéma. Il faut impérativement lui accorder le statut qui est le sien avant de parler de divertissement et d'œuvres cinématographiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.