12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Du sens du patriotisme en Algérie    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine: Des amendes de 10 000 à 20 000 dinars pour non-port de masque
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 05 - 2020

Renforcement perceptible des règles et dispositions de lutte contre la propagation du coronavirus. Le wali de la wilaya de Constantine a signé dans ce cadre un arrêté, avec application immédiate, à travers lequel il est fait obligation aux citoyens de porter le masque de protection, dans des lieux publics à forte concentration humaine notamment.
Ainsi, les citoyens qui veulent accéder à l'intérieur des locaux et centres commerciaux ou à l'intérieur des administrations doivent obligatoirement porter un masque de protection. Les propriétaires des locaux et centres commerciaux sont tenus de faire appliquer cette mesure du port du masque, en exigeant de leur clientèle de s'y astreindre. Les travailleurs dans les locaux et centres commerciaux sont également dans l'obligation de porter le masque de protection sur les lieux d'activité.
Les marchés couverts sont également concernés par cette mesure, et c'est au chef de P/APC de la faire respecter, en faisant aux services de sécurité si cela s'avère nécessaire, est-il relevé dans l'arrêté en question. Des sanctions très sévères attendent ceux qui ne respecteraient pas cette disposition du port obligatoire des masques dans les commerces et les administrations, allant jusqu'à la fermeture et les poursuites judiciaires à l'encontre des commerçants, alors que tout citoyen qui enfreindrait la règle sera sanctionné par une amende de 10 000 à 20 000 dinars. Est-il possible que cette règle prépare la réouverture des commerces, fermés récemment pour non respect des règles de distanciation sociale notamment, dans des circonstances mieux balisées ? C'est possible.
Une ouverture qui se ferait, donc, dans le respect strict des règles et mesures décidées dans le cadre de la lutte contre le fléau, à défaut des sanctions sévères pèseraient sur quiconque transgresse la règle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.