Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TERRASSES DE CAFES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 05 - 2020

C'est un peu comme si nous nous tuons à sauver nos vies. Le confinement a la particularité de réclamer la vie en recommandant une mort qui ne dit pas son nom. Anesthésier les commerces et le gros des mouvements qui donnent à l'humain la satisfaction de respirer est à bien voir plus mortel que le moins anodin des enterrements. C'est sans doute parce que nous n'avons qu'une vie que la moindre perte de temps nous paraît pénalité.
C'est au cœur de ce terrible dilemme que la plupart des gouvernements des pays européens parmi les plus touchés par la pandémie ont décidé de s'aventurer dans un déconfinement plus que partiel. Les scènes observées depuis ce lundi à Paris ou à Barcelone offrent un spectacle des plus incongrus démontrant l'incapacité des populations à affronter un phénomène sanitaire incontrôlable. Le savon, l'alcool ou le masque s'avèrent être de piètres palliatifs pour lutter contre un ennemi invisible venu désintégrer l'essence même du vivre ensemble. Les terrasses des cafés et le demi-réveil des transports sonnent à la fausseté d'une reprise qui au lieu d'annoncer la vie étale encore mieux qu'hier une mort qui se pavane en ricanant. Le spectacle des précautions a quelque chose de désespérant.
On ne peut se préserver d'un chien enragé toujours errant à proximité en se contentant d'une distanciation sociale discutable sans que l'animal ne soit abattu. Tout indique que l'épidémie ne sera pas vaincue tant qu'un vaccin ne sera pas trouvé. D'ici là et pour qu'il soit commercialisé, des mois, sans doute des années et des vies couleront sous les ponts. Tout démontre aussi que les chiffres sur les dégâts humains causés par le virus ne sont que des données dérisoires livrées faute de mieux pour s'affranchir d'un désarroi chaque jour répété. Face à ce drame planétaire, la logique aurait voulu que le dépistage, malgré sa mise à la mode, ne soit pas gagné par la parcimonie et il aurait fallu dépister toute l'humanité pour réellement maîtriser la juste dimension de la catastrophe. Prouesse phénoménale et irréalisable dans un monde présent déstructuré où l'individualisme et la cupidité de l'homme sont patents le guidant à rechercher des outils pour tuer plutôt que de développer la solidarité qui sauve la vie.
Puis, finalement, qui oserait prétendre que le monde n'a pas été, depuis qu'il existe, dans un confinement permanent ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.