Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid19: 460 nouveaux cas, 308 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Les walis entrent en action    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 05 - 2020

En relation avec la problématique du manque de places dédiées au culte musulman dans les cimetières français, en particulier durant la période actuelle où sévit la pandémie du coronavirus -une question que nous avons traitée récemment-, un autre phénomène peu connu a été mis en lumière, celui du décès des personnes isolées de confession musulmane, sans ressources ou sans domicile fixe. En France, plusieurs associations accompagnent les personnes seules, isolées et sans ressources lors de leurs obsèques. Composées généralement de bénévoles, leur mission est d'assurer un dernier repos empreint de dignité aux défunts isolés et démunis comme les SDF. C'est également l'un des objectifs de l'association Tahara, basée en Île-de-France, qui essaie d'assurer un enterrement digne aux personnes démunies et isolées de confession musulmane (aussi bien pendant qu'avant la pandémie). Pour le président de cette association, Abdessamad Akrach, «en France, lorsqu'une personne décède seule en milieu hospitalier, la famille a 10 jours pour réclamer son corps et organiser ses funérailles. Si personne ne se présente lors de ces 10 jours, l'hôpital ou le funérarium a l'obligation d'avertir la mairie dont dépend le lieu où a été constaté le décès, et c'est cette mairie qui, en principe, devra organiser elle-même les obsèques de ce défunt isolé.
Normalement, toutes les communes françaises sont tenues de réserver une parcelle de leur cimetière aux personnes sans-abri, isolées et nécessiteuses». «Pour le cas des musulmans sans familles qui décèdent abandonnés dans la rue ou dans une situation de grande solitude, c'est encore plus compliqué. Souvent, ce sont des «chibanis» qui vivaient seuls ou sans abri. Récemment, quelques-uns sont morts du Covid-19. Quand une personne musulmane isolée décède dans la région parisienne, notre association est souvent alertée par les assistantes sociales au niveau des hôpitaux, par les morgues ou les funérariums. Mais certaines personnes musulmanes isolées peuvent mourir sans que nous soyons mis au courant. Alors seul Dieu sait dans quelles conditions elles sont enterrées !» «Notre mission est de pratiquer la toilette rituelle des défunts et de les accompagner à leur dernière demeure dans la dignité. Parfois, nous réussissons à prévenir les familles avant les enterrements et des fois, ces dernières exigent le rapatriement des corps. Sinon, nous les enterrons sur place et essayons de retrouver leurs proches en lançant des avis de recherche sur Facebook ou Snapchat, et ça fonctionne généralement ! En cas d'échec, nous contactons alors les consulats des pays d'origine des défunts. Leurs familles peuvent se trouver soit en France, soit à l'étranger, au Maghreb ou en Afrique subsaharienne généralement». «Mais des fois, nos efforts restent vains. Il y a quelques jours, nous avons appelé le consulat d'Algérie de Bobigny pour essayer de retrouver la famille d'un ressortissant algérien qui était décédé depuis deux semaines et qui était resté à la morgue pendant tout ce temps parce qu'il n'a pas de famille en France. Malheureusement, au bout du fil, nous avons eu l'impression de déranger, alors que nous ne demandions aucun centime, juste un soutien moral et un moyen pour retrouver la famille de ce fils du bled décédé, abandonné et pauvre». «Financièrement, notre association vit grâce aux dons de la communauté et par les fonds que lui procure un pan de ses activités habituelles. En région parisienne, l'association Tahara est sollicitée par les pompes funèbres pour assurer la toilette rituelle des musulmans décédés, et c'est avec ces rentrées d'argent que nous achetons notamment les linceuls «kfène», le musc et payons les frais annexes comme le transport des corbillards vers les cimetières. Et c'est surtout ce qui nous permet d'assurer gratuitement un enterrement digne aux musulmans isolés et nécessiteux». «À ma connaissance, en moyenne, il y a environ une cinquantaine d'Algériens immigrés, isolés et sans ressources, qui meurent chaque année en Île-de-France seulement, des personnes âgées qui vivaient seules, sans la moindre famille, ou des SDF.
Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons inhumé deux Algériens qui vivaient isolés à Paris : le lundi 18 mai, nous avons enterré à Villetaneuse (dans le 93) feu Tahar B., né en 1943 à El-Malah, dans la wilaya d'Aïn Témouchent, qui était resté 5 mois dans une morgue. Puis le lendemain, mardi 19 mai, nous avons inhumé au carré musulman du cimetière de Valenton (Île-de-France), feu Amar K., né le 3 décembre 1949 à Tlemcen, qui était sans domicile fixe. Il était depuis 16 jours dans une morgue avant d'être enterré. Nous sommes toujours à la recherche des familles».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.