La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    L'Algérie attend toujours l'initiative marocaine    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    Coronavirus : 470 nouveaux cas, 251 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Le marché pétrolier retombe dans le doute    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    La reprise à nouveau renvoyée    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    L'exemple français    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Alger insiste sur la fin des ingérences en Libye    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Cité des 100 logements sociaux de Bouisseville: Les habitants attendent le gaz de ville depuis huit ans    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mise à plat du moral national
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 06 - 2020

Selon un médium en smoking-gandoura, les Algériens sont malheureux parce qu'ils ne savent plus quoi faire ni de leur vie plate, ni de leur temps qui avance à rebours de leur âge, ni même de leur pays, si grand qu'il donne le vertige. Comme le vide cosmique. Poussant plus loin la cryptanalyse psycho-physico-sociologique, le médium, né sans le souffle de la vie, parle de ces Algériens qui ont perdu jusqu'à l'envie de sourire comme cela se fait sous des cieux plus «riants», tellement, sous le toit «ombrageux» de notre grande maison, les années se suivent mais ne se ressemblent pas, un peu comme un homme qui court à perdre haleine derrière son ombre chinoise sans jamais réussir, un jour qui viendra, à la rattraper. Mais à interroger l'histoire ancienne mais aussi la nouvelle sur les raisons cabalistiques d'un tel «coup de savate» au moral des Algériens, d'aucuns, en regardant par le chas de nos contradictions existentielles, y voient le «résultat trop logique» de celui qui veut jouir d'un rire zygomatique sans jamais faire frétiller le moindre muscle ni de sa bouche ankylosée ni même d'une seule de ses paupières atrophiées. D'autres croient d'une foi cosmogonique que pour être heureux, il faut d'abord croire que la joie vit elle-même heureuse parmi ceux qui courent après elle. Mais sans jamais réussir à faire la course avec elle (la joie) avec en face ceux qui en profitent comme le fait un ver de terre livré à son cadavre esseulé. Un peu comme un ballon de football rempli d'air: il y a ceux qui courent après sans jamais attraper le bout de son bout, ceux qui tirent dedans pour atteindre leur but, et ceux qui jouent avec pour montrer aux autres que l'on peut devenir heureux juste en différenciant entre son pied gauche et sa jambe droite.
Etre heureux comme un martyr qui n'a rien vu, c'est un peu se mettre dans la peau d'un homme qui a cessé de vivre, c'est-à-dire, selon une philosophie nirvanique, ne rien voir de ses yeux, ne rien entendre de ses oreilles, ne penser à rien, ne s'en éprendre de rien, ne rien sentir de tous ses sens éveillés.
«A pays riche, peuple pauvre», est peut-être dans le passé d'un pays privé du droit de vivre pendant trop longtemps avec un passé qui hante les adultes et un présent qui refuse, net, de prendre la peau d'une peine de bonheur à perpétuité pour les plus jeunes ! Parce qu'un peuple qui croque la vie d'une mâchoire brisée n'a pas d'autre choix que de rêver à un monde dit «meilleur». Quand il n'a reçu de la vie qu'un seul cadeau: le désespoir, qu'est-ce qui lui reste encore à perdre ? Seul son malheur peut alors devenir son seul courage !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.