Le Président de la République préside une cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP au Palais du peuple    Cherif Boubeghla et Cheikh Bouziane, deux icônes de la résistance populaire contre l'occupation française    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ou la COVID ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 06 - 2020

Puisque l'utilisation du français est encore le fait de plusieurs médias en Algérie, la question n'est pas saugrenue. Et comme toujours lorsqu'il s'agit du bon usage de la langue française, nous nous retournons vers cette vieille institution fondée par Richelieu, en 1634. L'Académie française a pour mission de normaliser et perfectionner la langue française.
C'est en quelque sorte la garante du bon-parler mais aussi du socle commun de langage dont a absolument besoin un pays pour communiquer, réfléchir et créer.
À propos du COVID, elle s'est bien rendu compte qu'il y avait un flottement quant au genre du mot et constate que l'usage majoritaire est l'emploi du masculin.
La vénérable institution a donc tranché récemment par un billet sur les mauvais usages. Elle rappelle que pour les acronymes, le genre est dicté par le mot «noyau». On dit «La SNCF» car le mot «noyau» est Société.
Pour les acronymes en langue étrangère, la situation est plus délicate mais le principe reste le même. On prend en compte le genre du mot noyau traduit. Ainsi on dira «Le FBI» car le mot noyau traduit est Bureau. Même chose pour «La NASA» puisque Agence est féminin et ainsi de suite. Les lecteurs ont compris que le mot noyau n'est pas le premier dans la plupart des cas en anglais. Par cette considération l'Académie française regrette l'utilisation officielle du masculin «Le COVID». Tout simplement parce que le mot noyau en anglais est Disease, on devrait dire «La COVID» puisque la traduction est Maladie.
On se souvient que la haute Académie avait eu toutes les difficultés à se faire entendre pour la question de la féminisation des noms de métiers lorsqu'il s'agissait d'une femme. La loi voulait tout simplement rectifier une injustice et permettre «madame la proviseure» par exemple. Elle s'était insurgée car elle estimait qu'il s'agissait d'une fonction et non de la personne qui l'incarnait. Elle avait ainsi rappelé que le nom des métiers était toujours masculin comme une table est du genre féminin sans que cela soit une interprétation de discrimination pour l'un ou pour l'autre.
En définitive le juge de paix qui tranche de tels débats est toujours l'usage qui possède une force plus grande que la prescription légale ou l'avis académique.
L'Académie française l'admet car elle se base, elle-même, sur l'usage pour introduire un nouveau mot ainsi que son genre dans le dictionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.