Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    D'importants dégâts matériels enregistrés    Rebond des contaminations par la Covid-19 à Constantine    L'alimentation en eau potable perturbée    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Souk Ahras : L'APC couvre la relance du mouvement associatif    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise d'otage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2020

A la chaleur caniculaire qui plonge le pays dans un état d'alanguissement et de flânerie s'interpose la pandémie du Covid-19 qui, elle, oblige à la vigilance et à la veille sanitaire permanente.
Et si l'intelligence de l'homme ne peut rien changer à la première situation, les conséquences désastreuses de la seconde sont incontestablement liées à la présence de flagorneurs qui enfoncent le système dans ses défaillances. Le déplacement de représentants du gouvernement à l'intérieur du pays pour contrôler l'état du service public ne sert pas forcément l'intérêt général.
A première vue, il contredit plutôt la première obligation légale imposée par les plus hautes autorités du pays qui est de respecter les barrières sanitaires à leur tête le port de la bavette et la distanciation physique. Les traditions ont la peau dure et la vue d'un ministre ou d'un wali, entouré de très près par de nombreux responsables locaux, en est un exemple parfait. S'il en est ainsi au niveau officiel, celui public est dramatique. Ils sont à peine quelques-uns des citoyens à porter le masque et marquer leur distance physique les uns vis-à-vis des autres. L'absence de la rigueur de l'Etat est flagrante. La pandémie du Covid-19 devrait pourtant être ce test qui vient à pic pour démasquer les petits intrigants qui parlent fort mais agissent rarement en fonction du droit et de la loi.
De ce manque de confiance qui sépare les gouvernés de leurs gouvernants, jusqu'à ces blocages administratifs qui opposent, entre autres, le jeu d'écriture à un manque de liquidités systémique et non pas en réponse au défi de la modernisation des banques et la généralisation de la monétique, en passant par le manque de vision stratégique et d'anticipation, il y a cette absence de l'Etat que seules la crédibilité, la compétence et l'humilité peuvent et savent construire. Titulaire par définition du monopole de la contrainte organisée, par opposition aux citoyens dont le fatalisme plombe l'exécution de décisions vitales, l'Etat se doit de se déployer à travers ses démembrements dans les quartiers les plus reculés pour appliquer la loi et préserver le droit et les libertés.
Médiatiser des sanctions très occasionnelles pour manquement au respect des barrières sanitaires ne peut cacher ce laisser-aller social qui est général. Il en sera toujours ainsi tant que le citoyen peinera à se faire soigner, tant que l'école troquera le savoir contre la démagogie et tant que la justice restera un appareil de prise d'otage. L'observation vaut pour tous les autres secteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.