Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La maladie et le mal inné
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 07 - 2020

La crise sanitaire due à la pandémie de la maladie à coronavirus (Covid-19) est-elle en train de faire naître un sentiment de malaise psychique généralisé au sein du personnel soignant dû à l'anticipation du danger réel de contamination et autres circonstances aggravantes ?
L'afflux de malades vers les hôpitaux enregistré ces derniers jours, le manque d'équipements par faute d'une organisation efficiente de la logistique, la propagation des contaminations au Covid-19 au sein des personnels de la santé, atteignant la barre de 1700 cas depuis le début de la pandémie, dont de nombreux malades qui ont succombé, sont des signes annonciateurs d'une autre crise dans les hôpitaux à laquelle il faut remédier en urgence. Les pouvoirs publics, conscients de la gravité de la situation, ont fait appel à la mobilisation des professionnels de la santé en activité hors des hôpitaux et à la mobilisation d'un nombre croissant de lits dans les établissements hospitaliers, pour parer au plus pressé face à cette propagation inquiétante de l'épidémie au sein de la population.
Mais le volet relatif à la prise en charge psychologique des médecins, des infirmiers, des agents et autres ambulanciers, de cette armée blanche, selon une qualification née avec la pandémie, au front de la lutte contre le Covid-19 depuis près de quatre mois, reste le parent pauvre dans cette stratégie. Sous certaines conditions difficiles et prolongées tout être humain serait exposé à des états dépressifs. Bien sûr, le soutien matériel, dont la dotation du personnel dans les unités Covid-19 en équipements spécialisés en quantités suffisantes, l'amélioration salariale et la récente décision d'une couverture spéciale en matière d'assurances des concernés, resteraient des obligeances à valoriser, mais la prise en charge sur le plan psychologique reste des plus défaillantes. Le bouleversement de la vie quotidienne, familiale et sociale, ainsi que la peur d'être contaminé ou de contaminer un proche et la stigmatisation sociale due à cette considération, le haut niveau de stress au travail et la multiplication des cas atteints au Covid-19 sont des risques avérés d'anxiété, de dépression et d'épuisement physique et moral contre lesquels les professionnels de la santé se trouvent désarmés, voire plongés dans une profonde solitude.
Au bout, certains spécialistes affirment même que cet environnement fait courir aux soignants des risques pour leur santé mentale. Des pays dotés de systèmes de santé très performants ont été confrontés à cette dure réalité qu'est « la vulnérabilité des soignants à la souffrance psychologique » et n'ont trouvé comme solution immédiate qu'à faire preuve de soutien moral des autorités et des populations envers les professionnels de la santé au
front de la lutte contre la propagation du Covid-19. Ailleurs, des populations confinées ont trouvé moyen de faire parvenir aux soignants leur soutien en pointant dans leurs fenêtres à 20 heures avec les applaudissements nourris à « l'armée blanche », alors que chez nous, malheureusement, certains énergumènes enfoncent le clou en agressant les soignants sur leur lieu de travail ! Au-delà de la considération sociale qu'on leur doit, et qui ne se demande pas, les soignants comptent seulement sur le respect des règles de prévention, pour faire
baisser la pression sur les établissements hospitaliers. Est-ce trop demander de tenter de sauver les autres de la maladie et de leur mal inné, l'incivisme, l'égoïsme et l'esprit chaotique ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.