Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 07 - 2020

La fermeture des plages aux estivants pour lutter contre la Covid-19 a accentué la pression sur les espaces forestiers, ce qui risque d'engendrer une recrudescence des feux de forêt cet été, a mis en garde le premier responsable de la direction générale des Forêts (DGF), Ali Mahmoudi. «Face à l'interdiction d'accès aux plages, les citoyens se rabattent sur les espaces forestiers et risquent de provoquer implicitement des incendies», a affirmé M. Mahmoudi dans un entretien à l'APS.
Abordant les derniers chiffres des feux de forêts, il a précisé que le bilan s'est subitement alourdi durant la 1re semaine de juillet en cours avec 49 foyers d'incendie qui ont ravagé une superficie globale de 1.161 ha.
Selon M. Mahmoudi, avant le début de la campagne 2020 de lutte contre les feux de forêts, la DGF escomptait un résultat semblable ou même meilleur que celui de la campagne 2018 où les surfaces parcourues par le feu n'avaient pas excédé 2.300 ha, durant toute la campagne, contre 21.048 ha, pendant la campagne de l'année précédente.
«Cette année nous avons tablé sur un bilan meilleur car nous avions fait, au préalable, un travail de proximité avec les comités de riverains, les associations de protection de l'environnement et les associations de chasseurs sur la lutte contre les incendies de forêts. Malheureusement, il y a en ce moment une pression terrible sur les parcs nationaux et les campings sauvages risquent d'alourdir le bilan des incendies durant la saison estivale, s'est-il inquiété. Interrogé sur les mesures de protection des agents forestiers contre les agressions auxquelles ils font face lors de l'exercice de leur fonction, M. Mahmoudi a déclaré que la DGF revendique, carrément, leur réarmement afin de leur permettre d'assurer leur propre sécurité. «D'ailleurs, les agents forestiers ont toujours été armés jusqu'à l'avènement du terrorisme en 1990, où les autorités les avaient obligés de restituer leurs armes, a-t-il rappelé. Quant aux atteintes au patrimoine forestier, (coupe illicite de bois, mutilation d'arbres, extraction de plantes protégées, pillage de liège, braconnage.. etc.), M. Mahmoudi affirmé qu'en l'absence d'une loi stricte, le forestier fait appel à d'autres textes plus dissuasifs notamment le code pénal, le code civil ou encore la loi domaniale pour préserver les espaces forestier. Jugée «obsolète, la loi 84-12, portant régime général des forêts est en cours de révision ce qui devrait renforcer la protection du patrimoine forestier mais également favoriser les investissements, dans le secteur forestier et le développement durable, selon M. Mahmoudi. Le premier responsable de la DGF a expliqué que le contenu de l'article 35 de la loi en vigueur relatif aux conditions et modalités d'exploitation des forêts concerne exclusivement les habitants des forêts. « Pour remédier à ce frein juridique, nous avons introduit, dans la nouvelle loi, en cours de préparation, de nouveaux textes favorisant les investissements productifs dans ce secteur, a-t-il fait savoir. Parmi les créneaux porteurs susceptibles de percer avec l'application de la nouvelle loi, M. Mahmoudi cite, notamment, la filière des plantes à parfum aromatique et médicinales. Il a également évoqué l'ouverture du secteur forestier aux opérateurs privés, en assurant que la nouvelle loi devrait, en effet, encourager les gros investisseurs à créer leurs propres espaces forestiers, principalement, dans les zones du Sud à travers la plantation d'arbres à croissance rapide.
«Au-delà de leurs intérêts économiques, la réalisation de tels projets, dans les zones désertiques, revêt une grande importance écologique, a-t-il fait valoir, en évoquant la lutte contre l'érosion des sols et le changement climatique.
Quant à la possibilité d'exploiter les forêts pour développer une industrie du bois, en Algérie, M. Mahmoudi, a rappelé que la couverture forestière algérienne est des plus faibles avec seulement, 4,1millions d'hectares sur les 238 millions d'hectares. «Actuellement la forêt algérienne est classée comme étant une forêt de protection et non pas une forêt de production, a-t-il insisté, en précisant que la quantité moyenne du bois amassée avoisine 125.000 m3 par an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.