Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ECOLE ET LA BRECHE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 07 - 2020

Plus de dix millions d'enfants sont appelés à rejoindre les écoles début octobre prochain dans une conjoncture indicible où aucune assurance pour une rentrée scolaire normale n'est garantie. L'année blanche consommée, il a bien fallu se décider à se jeter à l'eau et on imagine la multitude de tracasseries qu'affronteront les responsables de l'Education nationale pour canaliser sans grands heurts les vagues impressionnantes des élèves dans un espace bouleversé par la pandémie.
Ne sachant pas si d'ici octobre l'épidémie lâchera prise, on aura à faire face à une situation inédite où il s'agira de s'accommoder avec une multitude d'impondérables logistiques. Programmes, transport, cantine, confinement et autres seront des paramètres difficiles à gérer et au bout du compte, il faudra bien se demander quelle serait la finalité d'un branle-bas écolier que les autorités s'apprêtent à initier.
Il est inutile de s'étendre sur le gâchis d'une année scolaire perdue et il serait ridicule de s'appesantir sur les effets très dérisoires du prétendu enseignement par vidéoconférence mollement lancé dans lequel très peu de parents se sont investis sans vraiment trop y croire. Verra-t-on alors des efforts de rattrapages pour revenir sur le temps perdu ou ira-t-on jusqu'à considérer qu'il est superflu de regarder dans le rétroviseur pour tenter de sauver ce qui peut l'être ?
La vilaine consolation vient du fait qu'aucun pays n'a vu son école épargnée par les terribles effets de la pandémie. Seuls quelques-uns avaient pris les devants depuis longtemps, conscients avant l'arrivée de l'épidémie que le monde allait être soumis à revoir tous les nerfs présidant à reconfiguration des cultures et des existences.
Perdu pour perdu, sans doute avons-nous manqué de saisir l'opportunité du long temps égaré pour nous investir frontalement et sans réserve dans une large réforme de l'école. Le coronavirus a ouvert une colossale brèche dans laquelle l'Eduction nationale avait la latitude de s'introduire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.