Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'Etat malus et du bled bonus
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2009

Sans aucune autre forme de profession de foi déclarée, le pays a changé de «religion» passant sans mouiller le... drapeau de la main sur le (gros) coeur à la main calleuse dans les deux poches, ouvertes aux quatre vents. Résultat «truqué»» des courses : un BNB (bonheur national brut) en chute libre et des pelotons d'alhéro-sceptiques de plus en plus râlants. Mais, selon une pseudo-étude qui jure ne pas nous conter fleurette, il paraît que le parachute le plus doré au monde se trouverait bel et bien sous nos cieux désemparés. Il est même offert en papier-cadeau à chaque Algérien, de jour comme de nuit, du landau jusqu'au tombeau, de dimanche à jeudi, le week-end (à nous) inclus. En franco-vernaculaire dans le texte, cela veut dire que parmi tous les peuples de notre (dé) veine, l'Algérien est celui qui ressemble le plus à son pays, l'Etat-mamelle tombant carrément dans les bras ouverts du peuple-gamelle. L'autre preuve par nos propres yeux que le pays a le coeur... trop à gauche est ce record imbattable du montant à dix chiffres, consacré chaque année aux transferts dits «sociaux», selon le langage vachement abscons des exégètes de la chose économique.
Ces «lâchers d'argent» vus par les oeillères de nos gabegies, sont l'oseille «chipée» de la poche de ceux qui triment la tête dans le cambouis, pour la déposer encore en suée dans la main manucurée de tous ceux qui se prélassent sous l'imperméable de nos incuries grandeur nature. Parce que si l'Algérien du juste milieu paye moins de quarante dinars par jour (vécu) de loyer plus que modéré, l'Etat est malus et le bled est bonus. On se noierait même dans une eau dessalée puisée de la mer de nos gaucheries que c'est encore l'Etat qui tronque et le bled qui boit la tasse. Se chauffer au dinar symbolique et s'éclairer (sans aucune lanterne) contre moins qu'un kopeck, c'est toujours l'Etat qui se brûle les doigts et le bled qui se dore sous le soleil le plus généreux de toutes les lumières. Aller à l'école publique sur le dos bosselé du beylik pour apprendre que lire et écrire n'est pas mieux qu'une bonne «affaire» de sous, c'est l'Etat qui refait ses classes et le bled qui fait dans la sublimation percutante. Rouler carrosse avec un carburant deux fois bon marché que de la flotte embouteillée, l'Etat fait toujours du patinage... artistique, au moment où le bled roupille en costard-pyjama sur un hamac en peau de mammouth. Travailler (ou aller simplement au travail) pour quatorze foutues minutes par jour seulement (!), c'est l'Etat qui va toujours chercher à la nage le blé au grand large et le bled qui remercie l'immanence de manger par louchées entières du pain bénit. Une histoire qui rappelle ce cauchemar «éveillé» vieux comme nos fatigues éternelles celle de ce chef marin, pour éviter à sa felouque de sombrer dans les fonds de l'océan, est obligé de jeter du lest jusqu'à ne laisser qu'un seul matelot à bord. Mais lequel d'entre le maître à bord et le dernier des matelots a le droit «naturel» de marcher sur le cadavre encore chaud de l'autre ? La réponse revient, surtout, à savoir lequel de l'Etat perdant-perdant ou du bled gagnant-gagnant doit monter sur le dos de l'autre pour aller scier la branche vermoulue sur laquelle est assis celui qui a le souffle le plus court...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.