Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 08 - 2020

  Plus d'un mois et demi après le début du conflit entre grévistes et la direction, l'usine du groupe français Lactalis «Celia Algérie» reste fermée, par «une partie des travailleurs» qui continuent à bloquer l'accès à l'usine, en dépit d'une décision de justice. Des employées et les responsables de l'entreprise ont sollicité l'intervention du wali de Blida, lui demandant de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour que la décision de justice, datant du 22 juin soit appliquée, un mois et demi après qu'elle ait été son prononcée. Le conflit perdure sous l'impulsion de syndicalistes et de travailleurs au moment où d'autres employés veulent reprendre leurs acticités, à l'arrêt depuis le 20 juin dernier. Dans un deuxième communiqué rendu public par la direction de ‘Celia Algérie', ses rédacteurs ont dénoncé le statu quo en précisant qu'«un groupuscule d'employés de ‘Celia Algérie' bloque toujours d'une manière illégale le site de Beni Tamou». Et de préciser que «ces individus entravent le droit au travail et maintiennent l'usine fermée et mettent ainsi en danger les emplois de leurs collègues et la pérennité de l'entreprise».
Le communiqué parvenu à notre rédaction souligne que depuis 05/08/2020, un groupe de 150 de nos employés a été une nouvelle fois empêché et interdit d'entrer à l'usine pour exercer leur légitime droit au travail que leur garantit la Constitution algérienne.
En indiquant, que «Celia Algérie» a pourtant pris les mesures nécessaires pour informer les autorités locales de l'intention de ses employés de vouloir rejoindre leurs postes de travail.
Les rédacteurs du communiqué ont précisé que «la présence des forces de l'ordre, que nous remercions, n'a néanmoins pas été suffisante pour persuader les grévistes de ne pas bloquer nos salariés et par conséquent notre usine demeure toujours prise en otage par ces individus».
«Celia Algérie», sollicite formellement l'aide et l'intervention des autorités afin de l'aider à reprendre le contrôle de son site et permettre à ses 350 salariées de pouvoir exercer leur droit à la liberté de travail dont ils sont privés depuis le 20 juin 2020. Sachant, précise-t-on, que la société a entamé des poursuites pénales à l'encontre de ces salariés qui ont séquestré son usine. Le groupe français LACTALIS menace de quitter l'Algérie. «Si le blocage illégal du site devait se prolonger, le groupe LACTALIS devra envisager son retrait du marché algérien», a indiqué l'entreprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.