Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le perturbateur des mauvaises pratiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 08 - 2020

Cette troisième injonction émanant du ministère du Commerce qui fait obligation aux commerçants de mettre à la disposition des consommateurs, avant le 31 décembre prochain, des instruments de paiement électronique pour leur permettre de régler leurs achats à travers un compte bancaire ou postal, sera-t-elle la bonne ? De précédentes mises en demeure lancées aux commerçants, pour qu'ils se dotent des terminaux de paiement électronique (TPE), n'ont pas eu l'effet escompté. L'histoire des tentatives visant la généralisation de l'usage des TPE à travers le renforcement du cadre législatif afférent à cette pratique remonte à l'année 2018, où la loi de finances de la même année faisait obligation aux commerçants de mettre à la disposition de la clientèle les TPE pour régler leurs achats, avec comme date butoir le mois de décembre 2018. Passé ce délai, rien.
Et les autorités ont dû repousser cette échéance jusqu'au mois de décembre 2019, toujours à travers la loi de finances de 2019, obligeant les commerçants à se doter des TPE à partir de cette date pour éviter les sanctions qui s'ensuivent en cas de non-respect de cette mesure. Mais, toujours rien.
Dans son exposé des motifs, la Commission des finances et du budget de l'APN qui a introduit l'amendement en question dans la loi de finances 2019 portant cette disposition, ce report d'une année permettra d'un côté aux opérateurs économiques, notamment les commerçants de se conformer à cette disposition et donnera la possibilité à l'outil de production national de répondre favorablement à ce besoin en TPE, et d'un autre aux entreprises financières de mettre à niveau leur plateforme de paiement électronique. Enfin, il y a eu quand même un léger progrès enregistré sur ce registre en 2019, car les statistiques indiquent que pas moins de 274.624 transactions ont été effectuées en 2019 via les terminaux de paiement électronique (TPE), avec un montant de 1,92 milliard de dinars. Soit une croissance de 43,56% par rapport à 2018. Aussi, on enregistre en 2019 une hausse de 54,33% de TPE (23.762 terminaux) en exploitation par rapport à l'année précédente. Mais, de l'avis des spécialistes, ces chiffres sont insignifiants par rapport aux cartes magnétiques distribuées par les banques (2,2 millions de cartes CIB) et Algérie Poste (5,53 millions de cartes Edahabia), selon des chiffres arrêtés à 2019.
En quoi, donc, cette décision qui oblige les commerçants à mettre à la disposition des consommateurs des instruments de paiement électronique, et qui intervient pour la troisième année consécutive en application d'un article de la loi de finances, peut-elle être différente ? Le point qui laisse entrevoir « une suite à donner » à la décision en question, contrairement aux années précédentes où le manque de fermeté des autorités se conjuguait au manque d'entrain des commerçants, est celui relatif aux accusés de réception à délivrer par les services compétents relevant des banques ou d'Algérie Poste aux demandeurs d'équipement des locaux commerciaux en moyens nécessaire (TPE, QR Code), en vue d'assurer le service e-paiement. C'est le seul document qui fait foi de la bonne volonté du commerçant à se conformer à la règlementation lors du passage des contrôleurs. Mais, il faut reconnaître que le passage des contrôleurs ne peut pas, à lui seul, régler un problème de mentalité usée à la pratique de l'informel. Le client, presque engourdi par une carte magnétique qui ne lui sert qu'à retirer les liquidités à partir des distributeurs automatiques, peut également avoir une fonction d'incitateur à la généralisation de l'usage des TPE. En présentant une carte magnétique au commerçant à la fin des achats, à accepter ou à abandonner tous ses achats devant le caissier, le client jouerait le rôle d'un perturbateur des mauvaises pratiques ancrées dans le commerce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.