PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le perturbateur des mauvaises pratiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 08 - 2020

Cette troisième injonction émanant du ministère du Commerce qui fait obligation aux commerçants de mettre à la disposition des consommateurs, avant le 31 décembre prochain, des instruments de paiement électronique pour leur permettre de régler leurs achats à travers un compte bancaire ou postal, sera-t-elle la bonne ? De précédentes mises en demeure lancées aux commerçants, pour qu'ils se dotent des terminaux de paiement électronique (TPE), n'ont pas eu l'effet escompté. L'histoire des tentatives visant la généralisation de l'usage des TPE à travers le renforcement du cadre législatif afférent à cette pratique remonte à l'année 2018, où la loi de finances de la même année faisait obligation aux commerçants de mettre à la disposition de la clientèle les TPE pour régler leurs achats, avec comme date butoir le mois de décembre 2018. Passé ce délai, rien.
Et les autorités ont dû repousser cette échéance jusqu'au mois de décembre 2019, toujours à travers la loi de finances de 2019, obligeant les commerçants à se doter des TPE à partir de cette date pour éviter les sanctions qui s'ensuivent en cas de non-respect de cette mesure. Mais, toujours rien.
Dans son exposé des motifs, la Commission des finances et du budget de l'APN qui a introduit l'amendement en question dans la loi de finances 2019 portant cette disposition, ce report d'une année permettra d'un côté aux opérateurs économiques, notamment les commerçants de se conformer à cette disposition et donnera la possibilité à l'outil de production national de répondre favorablement à ce besoin en TPE, et d'un autre aux entreprises financières de mettre à niveau leur plateforme de paiement électronique. Enfin, il y a eu quand même un léger progrès enregistré sur ce registre en 2019, car les statistiques indiquent que pas moins de 274.624 transactions ont été effectuées en 2019 via les terminaux de paiement électronique (TPE), avec un montant de 1,92 milliard de dinars. Soit une croissance de 43,56% par rapport à 2018. Aussi, on enregistre en 2019 une hausse de 54,33% de TPE (23.762 terminaux) en exploitation par rapport à l'année précédente. Mais, de l'avis des spécialistes, ces chiffres sont insignifiants par rapport aux cartes magnétiques distribuées par les banques (2,2 millions de cartes CIB) et Algérie Poste (5,53 millions de cartes Edahabia), selon des chiffres arrêtés à 2019.
En quoi, donc, cette décision qui oblige les commerçants à mettre à la disposition des consommateurs des instruments de paiement électronique, et qui intervient pour la troisième année consécutive en application d'un article de la loi de finances, peut-elle être différente ? Le point qui laisse entrevoir « une suite à donner » à la décision en question, contrairement aux années précédentes où le manque de fermeté des autorités se conjuguait au manque d'entrain des commerçants, est celui relatif aux accusés de réception à délivrer par les services compétents relevant des banques ou d'Algérie Poste aux demandeurs d'équipement des locaux commerciaux en moyens nécessaire (TPE, QR Code), en vue d'assurer le service e-paiement. C'est le seul document qui fait foi de la bonne volonté du commerçant à se conformer à la règlementation lors du passage des contrôleurs. Mais, il faut reconnaître que le passage des contrôleurs ne peut pas, à lui seul, régler un problème de mentalité usée à la pratique de l'informel. Le client, presque engourdi par une carte magnétique qui ne lui sert qu'à retirer les liquidités à partir des distributeurs automatiques, peut également avoir une fonction d'incitateur à la généralisation de l'usage des TPE. En présentant une carte magnétique au commerçant à la fin des achats, à accepter ou à abandonner tous ses achats devant le caissier, le client jouerait le rôle d'un perturbateur des mauvaises pratiques ancrées dans le commerce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.