La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Le projet d'amendement constitutionnel est bâti sur des bases garantissant l'équilibre des pouvoirs"    Projet d'amendement de la Constitution : assurer la construction de la confiance citoyen-institutions de l'Etat    L'amendement constitutionnel érige la société civile en porte-voix du peuple    Ces aliments trop sucrés qu'on ne soupçonne pas forcément    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Real : Benzema égale un record de Messi    Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    Le Vote Des Expatriés En Question    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    287 nouveaux cas en Algérie    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paix et subterfuges
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 09 - 2020

La paix avec les pays arabes sans la Palestine !? C'est la pièce qu'on tente de monter à Washington, dans le sillage d'accords qualifiés d'historiques, entre l'Etat hébreu, les Emirats arabes unis et Bahreïn. La suite viendra à la même table du compromis ou de la compromission, selon l'angle de vision, croient dur comme fer Américains et Israéliens. Mais la paix dans cette région, depuis toujours comparée à un volcan, semble lointaine de ce dernier cérémonial à Washington, qui en rappelle d'autres, dont la marche main dans la main de Arafat et Peres à la Maison Blanche, en 1993. Les deux hommes se sont vu décerner le prix Nobel de la paix, comme se le revendique aujourd'hui le président américain, Donald Trump. On croyait, en ces moments-là, que la paix était scellée entre Israéliens et Palestiniens, mais l'histoire sera toute autre, assombrie par les violations des droits les plus élémentaires des Palestiniens par l'entité sioniste. La paix, personne ne la rejette, quant à la toucher, concrètement, le chemin pour y arriver reste à la fois très complexe et à portée de la main quand la sincérité des antagonistes prime sur le subterfuge. Le cas de la paix scellée entre l'Etat hébreu, les Emirats arabes unis et Bahreïn, en empruntant un pont qui laisse en dessous les Palestiniens, est édifiant à ce sujet. C'est de la folie de parler de paix quand on assiste à des tirs et des frappes israéliens sur la bande de Gaza, immédiatement après les accords de normalisation des relations entre l'Etat hébreux et deux pays du Golfe. Dans ce climat d'une marche vers une paix menée à la hussarde dans cette région pétrolière, l'Algérie a lancé, mardi 15 septembre à Genève, coïncidant avec le débat général de la 45e session du CDH, un appel à la communauté internationale «à œuvrer davantage pour instaurer la justice sur les violations généralisées et systématiques des droits de l'homme» commises par les autorités de l'occupation israéliennes dans les territoires palestiniens.
Cela exprime-t-il une position de rejet des accords en question, du moins une position qui ne croit pas en une paix avec Israël sans respect des droits et des libertés fondamentales des Palestiniens ?
En tout état de cause, dans ces moments de jubilation à Washington, l'Algérie a tenu à rappeler l»'intensification par Israël de sa répression institutionnelle contre le peuple palestinien par des mesures systématiques pour déplacer, par la force, ce peuple de ses terres et construire des centaines de colonies en vue de leur annexion de facto, en violation flagrante du droit international». Américains et Israéliens occultent cette réalité, faisant constater, eux, qu'« un nouveau Moyen-Orient » voit le jour suite à la signature de ces accords historiques, comme le laisse entendre le président américain, et « la fin du conflit israélo-arabe », selon le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. La règle ou le temps, pour eux, est à vendre la paix. A tout prix ? Pour le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, «il n'y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l'occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.