Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quelles nouveautés s'attendre ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 09 - 2020

Quelles nouveautés seront introduites sur la loi organique portant régime électoral, qui fait l'objet d'une révision confiée par le président de la République à une commission nationale chargée de l'élaboration du projet de loi en question ? La loi organique n°16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral, qui a déjà fait l'objet d'un amendement partiel au mois de septembre 2019, soit à la veille de l'élection présidentielle du 12 décembre dernier, touchant particulièrement des dispositions qui consacrent «la régularité, la transparence et la neutralité» de cette échéance électorale, devrait encore subir des changements dans ces articles afférents aux prochaines échéances électorales, en l'occurrence les élections locales et législatives.
De toute évidence, la révision de cette loi organique, confiée à une commission nationale présidée par le Pr Laraba, est exigée par sa mise en conformité avec la prochaine Constitution, qui a été élaborée par un comité d'experts présidé par le même Pr Laraba, et qui sera proposée au référendum le 1er novembre prochain. Et, l'on peut deviner sa teneur sur la base des orientations données dans ce cadre par le président de la République, à l'exemple du financement par l'Etat de la campagne électorale des jeunes candidats, pour qu'ils ne tombent pas en proie à l'argent sale ou d'origine douteuse, qui relève d'un engagement personnel de Abdelmadjid Tebboune lors de sa campagne électorale. Ainsi que la moralisation de la vie politique à travers la séparation de l'argent de la politique, la définition de normes électorales transparentes qui consacrent une rupture totale avec les mauvaises pratiques du passé et la garantie d'élections reflétant réellement la volonté populaire, ce qui donnera naissance à des institutions démocratiques, intègres, crédibles, de niveau, ouvertes aux jeunes notamment les universitaires et à la société civile.
Fini le système des quotas dans la répartition des sièges, mais est-ce également la fin du système des quotas pour les femmes ou sera-t-il, lui, maintenu dans le projet de révision de la loi organique portant régime électoral ? En dehors de la mise en conformité de la loi organique portant régime électoral avec la prochaine Constitution, si le OUI l'emporte sur le NON lors du référendum du 1er novembre, et ces nouveautés inscrites dans les orientations du président de la République, la commission en charge de l'élaboration de ce projet de loi devrait certainement, au-delà de certains aspects purement techniques, s'attacher à réviser d'autres articles dans le fond, car il s'agit bien d'une révision et non d'un amendement partiel. Mais, on n'a pas encore idée si la révision pourrait révolutionner le mode de scrutin, article 86, qui donne lieu à une répartition des sièges proportionnelle au nombre de voix obtenues par chaque liste, avec application de la règle du plus fort reste, ou encore bouleverser l'article 89, qui attribue les sièges aux candidats dans l'ordre figurant sur chaque liste, et qui a tracé la voie à la « ch'kara », puisque les candidats têtes de liste, assurés de décrocher un siège dans les assemblées élues locales ou nationale payaient chèrement leur place auprès de ceux qui ont en main la confection des listes des candidats. C'est même devenu un commerce juteux très convoité par la hiérarchie des formations politiques et autres personnes influentes. Peut-on rompre avec les mauvaises pratiques du passé, séparer l'argent de la politique, sans couper radicalement avec ces lois qui ont été des vecteurs forts de la propagation de la corruption dans les milieux politiques ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.