Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Des peines allégées pour Ouyahia et Youcef Yousfi    Un texte réglementaire pour fusionner les services du cadastre et de la conservation foncière    Le port de Skikda renforcé    Le conflit persiste au sein de la CNR    7,9 milliards de DA de créances à récupérer    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Rashford encore bourreau du PSG, Barça et Juve déjà lancés    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l'indemnisation élaborées    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    On vous le dit    L'école de la vie    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    COA : Journée Sports et médias ce samedi    Mustapha Benfodil . Journaliste, écrivain : «Je dédie mon prix à Khaled Drareni et à tous les détenus d'opinion et politiques»    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Règlement de comptes au FLN    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les importateurs face à leur destin
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2020

Est-il possible de transformer les importateurs en capitaines d'industrie ? C'est une visée de la nouvelle dynamique économique, résolument tournée vers la production locale et une réduction substantielle des importations à travers des mesures qui permettraient à l'Algérie d'économiser des milliards de dollars avant la fin de cette année. Lors d'une rencontre, samedi dernier, avec les producteurs et importateurs des fournitures scolaires, qui s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a explicitement invité les importateurs investis dans ce créneau de penser sérieusement à transformer leurs activités et tirer profit de leur expérience dans le domaine de l'importation pour investir localement puis exporter.
Soulignant dans cette optique que l'Algérie s'apprête à s'ouvrir sur un marché prometteur, en l'occurrence l'Afrique, ainsi que les avantages et incitations offerts par le secteur du Commerce aux exportateurs. A travers les importateurs investis dans le domaine des fournitures scolaires, l'invitation est adressée à tous les importateurs, sans exception, qui devraient songer à faire le saut vers la création des richesses à travers des investissements productifs locaux, de préférence, pour eux et pour l'économie nationale, dans le même créneau d'importation dont ils maîtrisent les bouts. Est-ce de l'utopie que de vouloir pousser au changement des hommes d'affaires habitués à faire tourner leur argent dans des circuits qui génèrent des bénéfices du tac au tac ? Pas facile, faut-il en convenir, particulièrement sur le plan du bagage intellectuel requis pour devenir capitaine d'industrie, ou même par impatience de certains qui ne pourraient attendre un retour sur investissement sur le moyen et long terme. Mais une partie des importateurs possède les capacités nécessaires pour s'adapter au nouveau «plan de relance économique et social» du gouvernement visant à réduire la dépendance au secteur de l'énergie et à ouvrir l'économie aux investisseurs qui sont restés à l'écart en raison de la bureaucratie et d'un manque d'incitations. En tout cas, le nouveau cap économique pose un choix fondamental pour les importateurs, être ou disparaître. La baisse de la facture d'importation, qui est passée de 46,33 milliards USD en 2018 à 41,93 milliards USD en 2019, et qui va encore diminuer de 20 milliards USD à la fin de l'année en cours, va réduire d'une manière drastique le champ d'activité de l'import/import et pousser les opérateurs à faire leur mue ou garder en position de gel leurs capitaux, et les regarder fondre comme neige en subissant les contrecoups de l'inflation, la dévaluation de la monnaie ou juste en dépenses courantes. Il est également dans l'intérêt des entreprises étrangères qui grossissaient leurs chiffres d'affaires grâce aux importateurs algériens, et qui vont immanquablement se retrouver avec un énorme manque à gagner dû au repli de l'importation, l'encouragement et la protection de la production locale, de se tourner vers le partenariat gagnant/gagnant en Algérie, en nouant des relations avec des opérateurs locaux. Et pourquoi pas leurs propres clients importateurs ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.