Atlético : Diego Costa manquera à l'appel face au Bayern    PLF: la commission des finances réclame davantage de mesures pour sauver les entreprises    Procès en appel d'Ali Haddad : les plaidoiries de la défense se poursuivent    Sacchi et Capello évoquent la performance de Bennacer !    Première séance pour Benrahma avec West Ham    OPEP+: Attar insiste sur le respect des engagements pour rééquilibrer le marché    Cancer du sein: un nouveau centre à Alger pour accompagner les patientes    Le projet de l'amendement constitutionnel institue un nouvel Etat fier de son identité et ouvert sur le monde (Hafsi)    Energie: le taux national d'électrification a atteint plus de 98% à fin 2019    VIANDES BLANCHES : Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché    BIR EL-ATER (TEBESSA) : Réception en 2021 de l'évitement de la mine de phosphate    NAAMA : Découverte d'une bombe datant de l'époque coloniale    Gérald Darmanin dimanche prochain à Alger    Le destroyer américain fait une escale au port d'Alger    RENCONTRE SUR LE PROJET D'AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : La fédération nationale de la société civile sensibilise les citoyens    RASSEMBLEMENTS DE CAMPAGNE REFERENDAIRE : L'autorisation tributaire de l'application du protocole sanitaire    Abdelkader Zoukh aujourd'hui devant le tribunal de Tipasa    Les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars    LAGHOUAT : 03 morts et 06 blessés dans un accident à Aflou    DISTRIBUTION DE LOGEMENTS A MASCARA : Opération d'envergure à l'occasion du 1er novembre    RENTREE SCOLAIRE : Oudjaout insiste sur le respect ‘'strict'' du protocole sanitaire    Référendum constitutionnel : Talaie El Hourriyet décide de participer et appelle ses militants à faire prévaloir l'intérêt du pays    Fédération subaquatique (FASSAS): deux candidats pour le poste de président et 11 pour le bureau    Deux policiers enlevés par des membres d'un parti    Violences intercommunautaires dans le fief d'un candidat    Soudani rejoue huit mois après    Guardiola encense Mahrez    Le MC Saïda toujours interdit de recrutement    La CAF propose différentes options pour les 3e et 4e journées    La rue réclame la réforme de la monarchie en Thaïlande    A servi et peut servir encore!    Onze hirakistes relaxés à Mostaganem    Quand les partis du pouvoir ignorent les gestes barrières    "Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"    Lilia Salemkour sur le podium    La gendarmerie intercepte un groupe de harragas    Tala Amara n'a pas oublié son fils    "Héliopolis" de Djaâfar Gacem en compétition    Plaidoyer pour une Algérie en phase avec la marche du monde    Aux enchères de Christies, 10 millions de dollars pour un recueil de Shakespeare    Vers la création d'une commission consultative de la culture    150 milliards de centimes pour relancer l'activité    Les associations religieuses appelées à contribuer à la consolidation du patriotisme    Fonds de commerce «invalide» !    Vente de psychotropes: La nouvelle stratégie fait des vagues    Asphyxie au monoxyde de carbone : 7 personnes secourues    «Monsieur propre»    Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poker gagnant pour l'Histoire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2020

La signature des accords historiques de normalisation des relations avec les Emirats arabes unis (EAU) et Bahreïn, troisième et quatrième pays arabes à signer un accord de paix avec l'Etat hébreu, après l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994, pousse tous les pays arabes dans leur dernier retranchement. Malgré les bonnes relations entretenues entre certains pays arabes et Israël, très étoffées dans les domaines de la sécurité et de la coopération économique pour certains d'entre eux, ces relations sont gardées très secrètes. Mais, pourrait-on encore garder plus longtemps ces secrets dans ce nouveau jeu diplomatique au Moyen-Orient plus ouvert aux révélations des positions et des sentiments cachés ? Par crainte de la colère de leurs populations, généralement acquises à la cause palestinienne, certains dirigeants de pays arabes passent leurs soirées à Tel-Aviv et se réveillent le matin pour dénoncer la répression des Israéliens contre le peuple palestinien. C'est un secret de polichinelle que de dire que les Emirats arabes unis (EAU) et Bahreïn entretenaient des relations très étroites avec l'entité sioniste depuis très longtemps, et que la signature des accords historiques de normalisation de ces relations d'une manière aussi ouverte est beaucoup plus l'œuvre et la volonté de Trump et Netanyahu qui se trouvent engagés dans une course pour leur réélection, et qui ont décidé de jouer cette carte de la normalisation des relations d'Israël avec les pays arabes pour charmer les électeurs.
C'est une véritable prouesse que d'amener les pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël sans la condition du recouvrement des droits des Palestiniens à travers la création d'un Etat souverain et indépendant. Toutefois, la signature des accords de normalisation par deux pays seulement ne satisfait pas les ambitions électoralistes de Trump et Netanyahu.
Ainsi, on se met à crier sur les toits que d'autres pays arabes vont rapidement suivre l'exemple des Emirats arabes unis (EAU) et Bahreïn. Une annonce qui a créé un climat lourd de suspicion et d'attente pour connaître quels sont ces pays arabes qui vont suivre la voie de la normalisation ? Comme dans une partie de poker, les joueurs s'observent et tentent de déceler la faille chez l'adversaire; disent-ils vrai ou bluffent-ils quand Trump et Netanyahu affirment que d'autres pays arabes arrivent à la table pour signer la normalisation de leurs relations avec Israël ? Selon les observateurs, la «méthode Trump» étant calquée sur les parties de poker, reposant sur les rapports de force et l'art du bluff, il est très difficile de faire un quelconque pas sans risque de se faire plumer. Est-ce un coup de bluff quand il annonce par médias interposés et autres relais gouvernementaux que le Qatar et le Koweït ont accepté de normaliser leurs relations avec Israël, que d'autres pays arabes y arrivent, dont l'Arabie saoudite ? Le Qatar et le Koweït ont tous deux, immédiatement, abattus leurs cartes, en apportant un démenti catégorique à ces affirmations, et en réitérant leur position immuable de mettre fin à l'occupation israélienne et d'établir l'Etat palestinien avec Al Quds comme capitale, dans le cadre des résolutions de la légalité internationale y afférentes.
Le Soudan, lui, qui souhaite être retiré de la liste des Etats soutenant le terrorisme, subit un odieux acte de chantage. La liste en question étant l'œuvre des Américains, ces derniers lui imposent carrément une normalisation officielle de ses relations avec Israël contre une sortie du Soudan de cette catégorie de pays, ainsi qu'une promesse d'une alléchante aide économique, de 5 milliards de dollars, si Khartoum rentrait dans les rangs. L'Algérie, sans avoir eu besoin de coup de bluff ou de chantage, a annoncé la couleur de l'authenticité de sa position envers la cause palestinienne, « sacrée pour tout le peuple algérien et ses dirigeants ». En tout cas, même s'ils perdent au change, le poker est gagnant pour les pays arabes, car il révèle au grand jour des positions tenues secrètes et donnera à l'Histoire une occasion de s'écrire sans fioritures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.