Convalescence    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    Ibbou s'incline en quarts de finale à Monastir    MCA : El Ghorbal aujourd'hui à Alger    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d'ici 5 ans    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Le président Tebboune confiné    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    10 décès et 250 nouveaux cas    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Campagne de contrôle de l'eau des colporteurs et des puits: La commission des MTH s'inquiète à nouveau de l'excès de nitrates    Rejet de déchets sur la voie publique Une trentaine de commerçants contrevenants mis en demeure    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Le gouvernement contre-attaque    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces conducteurs « manchots » qui passent « inaperçus »
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2020

D'aucuns auront remarqué ce phénomène social lié à la conduite automobile, un phénomène propre aux Algériens, unique au Maghreb du moins, croit-on savoir.
Il s'agit de certains chauffeurs (et ils sont nombreux) qui conduisent leur véhicule avec une seule main (la droite) en posant l'avant-bras (gauche) sur le rebord de la fenêtre faisant office d'« accoudoir » pour la circonstance ou en laissant carrément le bras pendre à l'extérieur (le long) de la portière de la voiture. Une posture « manchot » devenue monnaie courante quand la météo est favorable (en été notamment). Un comportement « normal », exclusivement mâle, qui passe « inaperçu » devant les agents de la voie publique ou au niveau des barrages de contrôle routier. Qu'est-ce qui pousse ces chauffeurs à adopter ce mode « ergonomique » à bord de leur véhicule ? Plusieurs « mobiles » peuvent être invoqués à ce sujet : un sentiment d'assurance au volant (exhibition des reflexes), un état de décontraction (sensation de confort), un effet de snobisme (faire comme les autres), un désir d'ostentation (frime), entre autres, sans oublier la « légitimité » de la posture en question (rimant avec liberté individuelle) par rapport à la règlementation en matière de code de la route. Quant aux moniteurs d'auto-école, ils devraient donner l'exemple dans ce sillage. Espérons que la gent féminine ne cèdera pas un jour au chant « ergo » des sirènes ? A l'occasion de l'installation d'une section de « Tariq es Salama » à Tlemcen il y a quelques années, nous avions évoqué à la faveur d'un débat, ce phénomène avec le regretté Lazouni qui, commettant un quiproquo, avait vite pensé aux handicapés moteurs et par ricochet la problématique des véhicules aménagés à cet effet. Au fait, Lazouni a-t-il « médiatisé » de son vivant cette mauvaise conduite au volant, lors de ses fameuses sorties « cachées » sur le terrain ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.