Comment se protéger les yeux en été ?    AS Rome : Mourinho vise un défenseur du Barça    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    La session parlementaire clôturée demain    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 09 - 2020

La randonnée que nous avons effectuée dans le cadre de l'étude consacrée à la généalogie, nous enseigne combien sont précieux les éléments liés à l'identité d'une Algérie pluriséculaire. Après Djelfa, Biskra, Laghouat, nous arrivons à Ouargla.
De Constantine, nous avons préféré la route par Biskra et Touggourt au lieu d'aller par Alger via Laghouat et Ghardaïa.
L'Oasis de Ouargla est une des plus anciennes du désert et paraît avoir été connue d'Hérodote qui décrit son site dans (le livre II, 3/2) comme point extrême des Nasamons présenté comme peuple pirate de la Cyrénaïque, qui fut exterminé par Dioclétien à la suite d'un soulèvement contre la domination romaine.
LES BENI OUARGLIS ET L'ETYMOLOGIE DE OUARGLA
Suivant toutes les probabilités, Ouargla a été habitée dès les premiers âges de l'histoire par les sub-éthiopiens ou Gara mantes, vivant au centre de l'Afrique et peuvent être considérés comme les autochtones de Ouargla. De nombreuses émigrations Zénètes et donc berbères à l'abri des Vandales et des Visigoths ont cherché refuge dans l'Oasis de Ouargla. Ce sont les Béni Ouarglis qui occupèrent la ville et lui donnèrent leur nom. Pendant longtemps ils obéirent à la famille des Béni Toudjine à Ferhan et Bou Adjar. Ainsi la restauration des oasis a permis de faire occuper l'espace tels Ngoussa et les trois fractions se formèrent à savoir les Béni Ouagguine, les Béni Brahim et les Béni Sissine.
OUARGLA ENTRE HAFSIDES ET HAMMADITES
Ouargla devait reprendre une partie de sa splendeur vers 1353, telle décrite par Ibn Khaldoun. C'est l'Emir Hafside Abou Zakaria (1319/1346) qui fait construire une mosquée jusqu'à l'avénement des Turcs. Elle passa sous l'autorité des Bensindi représentant les sultans hamadites dans le Zab et celle des Bou Mozin, délégués des sultants hafsides qui confirmèrent le commandement de l'Oued Rir et de Ouargla. Au XVIe siècle, Ibn Wazan, Léon l'Africain parle des marchands étrangers de Tunis. Il y a également des gens de Constantine qui troquaient leurs produits à Ouargla. Les gens de Ouargla résolurent de rétablir l'autorité sous le plus jeune fils d'une famille de chorfa Allahoum, nommé Sultan de Ouargla, en 1602, qui inaugura une ère nouvelle qui accepta les gens d'Ahl Zériba venus, chercher des pâturages à Ouargla devenant des « mézarguia » sorte de gardes du corps. Il en sera de même pour les Béni Thour venant du Djérid.
LA COMPOSANTE TRIBALE DES GENS DE OUARGLA
C'est à la faveur d'une médiation sous l'autorité de Sidi Cheïkh Si Hadj Bouhafs, Merabet d'El Abiod que la réconciliation eut lieu entre les Chaâmbas Bourouba et les Bou Saïd. L'apaisement entré en vigueur sous l'autorité d'Allahoum, un personnage sage et ferme qui ramène la paix à Ouargla. Ainsi les nomades des nouvelles tribus les Saïd Otba et les Mkhadma, fractions de la tribu des Saïd qui habitaient El Adjira, se composent de quatre fractions : d'un côté les Ouled Moulet et les Saïd Orba, de l'autre les Saïd Oulad Amar et les Saïd proprement dit, appelés plus tard les Mékhadma.
RÔLE D'EQUILIBRE DES BENI BRAHIM A OUARGLA
A partir de ce temps les Ouled Moulet se fixèrent à Touggourt, les Saïd Ouled Amar à Témacine et à El Adjira, tandis que les Saïd Otba et les Mékhadma vinrent s'établir les premiers à Ngoussa, les autres à Ouargla et Rouissat. Les Béni Brahim qui formaient la plus puissante des fractions sédentaires prenaient tantôt le parti de l'une tantôt de l'autre, selon l'équilibre des forces. Il faut dire que la tribu des Saïd Otba était divisée, en cette époquen en trois grandes fractions à savoir : les Fetnassa, les Rahbat et les Ouled Youcef. Ces derniers composés des Béni Mansour, Sabrat et El Amara. Aujourd'hui les routes goudronnées sont moins pénibles qu'auparavant. La route par l'Est semble plus agréable surtout le sable fin qui scintille à l'horizon par un soleil ardent où les dunes semblables à des montagnes du grand Erg, pointent déjà la ville de Touggourt et devant nous apparaît Ouargla.
OUARGLA AL MADANYA CETTE BELLE CITE AUX SIX OASIS
Un grand mur de palmiers borne cette belle cité avec ses six oasis telles Sidi Khouiled au nord, le Chott El Adjadja à l'est, Rouisset au sud, ensuite s'élève, majestueusement, la Sultane des Oasis - Ouargla. Les habitants s'appelaient simplement Madaniya, c'est-à-dire les gens de la ville. On retrouve les Béni Brahim qui sont des berbères zénatas, les Béni Ouaggin et les Béni Sissin. A Ngoussa et de Sidi Khouiled jusqu'à l'oued Mya, Ouargla a été une cité d'accueil surtout après la chute Tihert, nombreux berbères venus du nord se sont installés à la faveur des Fatihin. Des caravanes s'organisaient venant du Soudan affluèrent dans l'oued Mya et Ouargla succéda à Sedrata comme métropole du commerce de couleurs.
Chacune des tribus et des résidents, venus de toutes les contrées, ont gardé dans leurs fêtes des traces de civilisations lointaines. D'après de 1882, les palmiers de Ouargla se répartissent comme suit :
Béni Brahim (76.000), Béni Ouagguin (62.500), Béni Sissin (54. 052), N'goussa (42000), Chott (19.200), Adjadja (17.400), Sidi Khouiled (4.800), Rouisset (18.000), Béni Thour (18.000), Chaâmbas (29.700), Mekhadma (36.500), Saïd Otba (58.100), soit un total de 436.252 palmiers, c'est-à-dire 293.952 aux sédentaires et 142 300 aux nomades.
(Cette description a été donnée par Cap de l'Epervier parue sous le titre « Un mois dans le Sahara: Ouargla » dans le Bulletin Soc. Géo, Alger 2ème année 1897- pages 225/261).
Il faut dire que l'oasis de Ouargla est l'une des plus grandes du Sahara algérien. «Elle occupe une soixantaine de kilomètres de lit quaternaire de l'oued Mya et s'étend sur 6.000 ha, dans la palmeraie est irriguée par des puits artésiens, au milieu de laquelle s'érigent les vieux ksours de Ouargla. Chott et Adjadja, tandis que s'étale en lisière la ville nouvelle». (Voir Med Chaba- Revue Méditerranée N°3/4 année 2002-EPAU Alger).
OUARGLA CONSTRUITE SUR DES LAGUNES AU PALEOLITHIQUE
Ouargla est un centre de peuplement très ancien. L'époque paléolithique laisse entrevoir des lagunes. Bien qu'il n'existe aucune mention quant à la présence de Romains ou de Grecs, l'on a retrouvé des monnaies dues aux échanges entre la Numidie et les contrées africaines. Ouargla qui est construite un peu au N/E des ruines, on voit le hameau de Sidi El Ouargli qui s'identifie à Taizir. La Qouba de Sidi Hafiane borde ce site berbère où d'authentiques tombes ont été découvertes.
OUARGLAN PEUPLE ZENATIEN DES LOUATAS
Ibn Qoutayba, écrivait de la fin du IXe siècle «Les Louata, les Ouaraglan», peuple zénatien descendant de Férini, fils de Djana… Des relations étroites existaient entre le royaume rostomide de Tihert et la région de Ouargla d'où le nom de Sedrata en berbère Isidraten, sur un plateau où se trouve la tombe de Sidi Ouargli.
A la fin du XIV siècle Ibn Khaldoun décrivait la ville de Ouargla comme étant «la porte du désert par laquelle les voyageurs qui viennent du M'zab doivent passer pour se rendre au Soudan avec leurs marchandises». La réalisation de la percée coloniale, s'est effectuée sur les maisons des Béni Sissine qui bordent la Casbah, en guise de châtiment vis-à-vis de la tribu qui avait soutenu la révolte de Bouchoucha en 1872.
Une cité est née pour accueillir, après 1940, les civils français construite selon la charte d'Athènes à savoir (soleil- verdure-loisirs). Plus au sud c'est l'habitat des nomades (les Béni Thour), suivirent les Mekhadma, les Saïd-Othba pour les sédentariser. Ce ne fut, toutefois, qu'en 1848 que les Français commencèrent à jeter leurs regards sur Ouargla. Ils y construisent sous le commandement du Général Lacroix en 1872 l'église, l'école, l'hôtel mais aussi la mosquée de Lalla Malkia et celle de Lalla Azza.
LES BENDJELLAB OU L'HERITAGE SULTANESQUE DE TOUGGOURT
Les Bendjellab, Cheïkh héréditaires de Touggourt avaient échangé avec les Benbabia, Cheïkh de Ngoussa de riches présents. En 1848 Abderahmane Bendjellab s'est appuyé sur les Selmia, les Ouled Moulet, les Ouled Saïha et les Béni Ouagguine pour reprendre Ouargla. Mais c'est Hadj Ahmed ben hadj Mohamed ben Babia qui fut nommé Khalifa de Ngoussa puis celle de Ouargla entraînant la révolte des Larbaâ et les Harazlia en 1850.
Mohamed Benabdallah en revenant de La Mecque, en 1840 avec le Turc Izzet Pacha, se sont rendus au Djebel Lagdar et se sont entendu avec Si Senoussi et de Tripoli, Mohamed Benabdallah avait gagné Ghadamès au mois de juin 1851, il prenait le titre de Chérif et prêcha la guerre sainte contre les Français. Il est arrivé à mobiliser toutes les tribus de Ouargla, Chaambas,Mekhadma, Béni Thour et Saïd Otba qui se soulevèrent, le 21 août, à quatre heures du soir, au nombre de 100 cavaliers et 300 fantassins. Dans la petite oasis d'El Alia, il arrive à entraîner les Ouled Slimane et la moitié de la grande tribu des Mérabtines des Ouled Saïha et revient à Ouargla. Le Chérif, en rentrant à Ouargla, se fait construire une casbah et recruter du monde tout en envoyant des émissaires porteurs de lettres à Si Hamza ben Sidi Cheïkh.
MOHAMED BENABDALLAH ET BENACER BENCHOHRA
Mohamed Benabdallah dès le 4 décembre 1852 parvint à se réfugier chez les Chaâbas où il sera rejoint de Bennacer Benchohra, avec 200 cavaliers et 300 fantassins, composés de Larbaâ, des Harazlia et Chaâmbas à Hassi Aïn Naga, le 13 janvier 1853, en passant par Dzioua, Daia Tarfaih près de Termina pour arriver à l'oued Fqahama, près d'El Badj et enfin de Ouargla après avoir combattu le général Yusuf et le général Pélissier.
Mohamed Benabdallah est obligé de replier sur Rouissat où après quelques pointes vers El Okaz, Oued Besbas et El Hadjira, il décide de passer l'été. En septembre il se remettra à nouveau en route accompagné de deux membres de la famille des Ouled Cheïkh, Si Naïmi et Si Zoubir qui sont les frères de Si Hamza, venus le rejoindre avec leurs contingents. Pendant huit années de 1853 à 1861, l'Aghalick de Ouargla parut jouir d'une paix profonde.
A partir de 1960, le développement de Ouargla s'est accéléré lié aux exploitations pétrolières de Hassi Messaoud où routes, aérodrome et bâtiment rendaient la ville attrayante. Il faut attendre l'Indépendance et le programme spécial des Oasis qui a assuré les premières mutations socio-économiques. Ouargla est devenu non seulement la Sultane des Oasis mais la capitale régionale, incontestée du Sud.
LES TRIBUS ARABES QUI SE SONT INSTALLEES A OUARGLA
Ils sont tous descendants de Bani Hilal et Bani Souleim, ils parcouraient le désert et se reliaient à la région de Wadi Miyah, puis se sont installés par étapes dans le bassin de Ouargla.
La tribu de chaanaba Bourouba:
Cette tribu est arrivée dans la région de Wadi Maya pour la première fois, au XIIe siècle après JC, et c'est l'une des plus grandes tribus bédouines dans un certain nombre appartiennent aux enfants d'Ismail, Ouled Abu Bakr, Dari, Ouled Faraj, Ouled Said , Oulad Zayed. Quant à leurs cousins ils se installés à ElMeniâ et Metlily.
Cette tribu se déplace dans un vaste espace qui s'étend de Tamasin, au nord, de Ain SalAh au sud, et atteint les contreforts des montagnes Qusour, à l'ouest. Dans cette vaste zone vitale, les tribus Al-de chaanaba avaient l'habitude de passer une période de trois mois, après quoi elles retournaient à Ouargla avec l'avènement de la saison d'automne à la récolte des dattes.
La tribu des mekhadma :
Elle est également subdivisée en plusieurs entités, notamment: Banou Hassan, Ouled Nasser, Banou Khalifa, el Arimet et Ouled Ahmed.
La tribu de Beni Thour:
Ils sont venus, très probablement, de la région de Jerid (dans le sud de la Tunisie), qui est l'un des endroits de Beni Hilal et Beni Salim. Il se peut que leurs racines soient liées à la tribu yéménite de Medhar, puisqu'ils entretiennent des relations étroites avec Zoghwa, comme Hamian et Ouled el Mahdi, ils descendent de différentes régions, rassemblés autour d'un noyau représenté, à Ouargla, par les Ouled Belkacem.
Les Beni thour partagent avec les Makhdama le cadre du nomadisme et les itinéraires de déplacement à travers le désert, car ils sont comme les Makhdama, qui voyagent en été en direction sud-est de Ouargla vers Qasi el-Tawil et continuent leur voyage jusqu'à Ghadames. Quant au voyage d'hiver ils se dirigent vers Oued Zarqoun et Ouedi Sghour au nord-ouest de la ville de Ghardaïa.
Une partie des Bani Thour s'est installée depuis le XVIIe siècle après JC et a habité les palais d'Ain ouqar et Ruissat, renonçant à la vie de nomadisme.
La tribu Said Ataba:
C'est une branche de la tribu mère (Said el-qabla) elle comprend les entités suivantes: Fatnasa, Al-Rahbat et les Ouled Youssef. On retrouve leurs cousins à Tamasin et Al-Hjira (Said Ouled Omar), Ouled mouloud à Touggourt et d'autres, dont les Ouled Fadoul à Ghardaia et Beriane , Hassi El Rmel. Comme d'autres tribus bédouines,ils étaient connus à oued Miya, le voyage d'hiver et d'été. Leur voyage annuel commence à Ouargla, après la saison de récolte des dattes (octobre-janvier), après quoi ils se déplacent à Naqousa dans le même but et de là ils se dirigent vers la vallée du M'zab (Ghardaia et on dit qu'ils sont les premiers à vivre La vallée avant l'arrivée des Ibadis) où ils restent en hiver jusqu'au mois d'avril, puis se déplacent ensuite vers oued Zarqoun (les zones de Hassi El Raml et Brizina à El Bayed) et à Laghouat et Ain Chalala. Outre ces quatre tribus, la région de Ouargla entretenait des relations avec les tribus d'ouled Sidi Cheikh, et Rabia et ouled Naiel. Bien que leurs lieux d'origine se situent loin de oued Miya, ils étaient liés à la région de Ouargla par une relation économique qu'ils visitaient, l'hiver, à la recherche de pâturages et de commercialisation de leurs produits ovins.
Les références historiques indiquent que la stabilité de ces tribus et leur abandon de la vie nomadiste ne se sont pas déroulées facilement, mais plutôt avec beaucoup de difficulté et par étapes distantes, lorsqu'elles se sont installées, elles n'ont pas pu s'adapter dans le tissu humain et urbain de la ville, car leurs parcelles étaient situées à l'extérieur des murs des anciens palais près des palmeraies. Malgré cela, ils ont établi des relations avec les peuples autochtones sur la base d'intérêt mutuel. Ainsi, la tribu Said atbah a été liée au arch de Bani ouqin et s'est développée dans son voisinage. De même, la tribu Makhadama était alliée au arch des Banou Sisin, et c'était les Bédouins de Bourouba (une branche de la chabanaa), de Banou Ibrahim.
Mais ces alliances étaient fragiles basées uniquement sur l' intérêt immédiat, auquel le dicton: ‘pas d'ennemi permanent, pas d'ami permanent', mais des intérêts permanents s'appliquent à eux complètement. Quelle que soit la nature des relations entre les tribus bédouines et les habitants des palais de la ville, elles ont joué un rôle majeur dans divers aspects de la vie économique et sociale.
La première à s'installer parmi les tribus bédouines était une classe de la tribu Banou Thor qui s'est installée près d'Ain ouqar et à Ruissat, formant le noyau d'une société civilisée, et cela au milieu du XVIIe siècle, puis les Makhdama, à Mendil (au XIXe siècle) et Al-chabana dans la moitié du XXe siècle, et la dernière des tribus (Said atbah) s'est installée définitivement dans les années soixante du siècle dernier, pour vivre dans de nombreux quartiers de la ville de Ouargla, et leurs parcelles se situaient entre Nkousa et Bamendil.
*Docteur. Chercheur universitaire. Ancien ministre
Notes:
1- Lethielleux J. : «Ouargla, cité saharienne, des origines au début du XXe siècle Paris 1983 p.298.
2- Chaba Med : «Une vieille cité devenue métropole-Ouargla» Méditerranée N°3/4 EPAU Alger 2002.
3- Commandant V. Colomieu : «Voyage dans le Sahara algérien -De Géryville à Ouargla» Paris 1862.
4- P.Blanchet : « L'Oasis et le pays de Ouargla» article Annales de géographie N°44 Paris 1900.
5- Rouvillois Brigol M. : «Le pas de Ouargla Sahara algérien». Département de géographie-Paris Sorbonne-1975.Page 189.
6- Revue africaine n°316/317-«Notes pour servir à l'historique de Ouargla»-Paris 1923 rédigées par le service des Affaires arabes GGA de 1885.
7- https://www.mculture-ouargla.com/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.