Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Loukan», le mot-clé de la réussite
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 09 - 2020


Ah ! Si tout le monde pouvait exaucer son vœu de bonheur à travers le mot «loukan», le peuple serait très heureux de vivre dans sa peau, il serait libre de changer le cours de l'histoire et les gens ne seraient plus prisonniers de leur destin malheureux. Mais, Allah ghalleb, parce que personne ne peut se passer du mot «loukan !» pour souhaiter un jour changer sa destinée. «Loukan» ou si, est une conjonction indiquant une condition dans le passé. Avec des «loukan» et des si, on pourrait mettre toute l'Algérie dans une bouteille et la jeter à la mer, comme des harraga embarqués qui veulent s'en aller ailleurs. Avec «loukan, on pourrait démolir un bled et reconstruire un pays fantastique, comme ceux imaginés dans la fiction et dans le cinéma. Avec «loukan» on pourrait aussi décréter une justice égale pour tous et où il n'y aurait plus de bandits, ni de corrompus, ni de violence contre les opposants démocrates. «Loukan» le peuple avait le pouvoir de décider de sa destinée, comme dans les autres pays qui dominent le monde, l'Algérie ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. «Loukan» ces décideurs écoutaient la voix raisonnable du changement, tout est possible avec «loukan». Entre nous, «Loukan» est un bon décideur, et avec lui tout le monde vivrait dans le bonheur et la fraternité sur ce sol de la mère patrie outragée. «Loukan, mazalate saha» et la jeunesse de la fleur de l'âge, Wallah cela fait longtemps que je serai parti comme les clandestins de la mer vers d'autres cieux plus cléments pour le besoin de mon bien-être. Bien sûr, «loukan» nos décideurs nous voulaient du bien et avaient quelque chose dans la jugeote, cela fait des lustres que le pays serait sorti du marasme et de la médiocrité qui le gangrène dans tous ses secteurs d'activité en panne. De toutes les façons, «loukan» les Arabes «darou raï bekri » dans la tête (je ne parle pas du raï musical, mais du raï de la raison) cela fait longtemps déjà qu'ils se seraient unis entre eux pour le bien de la nation et des peuples. Tous les Algériens ont du «loukan» sur le bout de la langue et dans l'esprit, mais sans résultat ni efficacité. «Loukan» les hommes de ce riche territoire avaient mis la main dans la main pour construire ce pays, qui a été arraché au prix fort du sang au colonialisme, on n'en serait pas là aujourd'hui, à juger et jeter en prison tout un gouvernement pour abus de confiance et de dilapidation des deniers publics et de tromperie. Si tout le monde éprouvait de l'envie pour ce pays en mal de patriotes, cela fait longtemps que l'Algérie serait une puissance économique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.