Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elites algériennes, dites-vous ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 10 - 2020

Tout pays, c'est vrai, a besoin d'élites, mais la vraie question repose sur la nature de ces élites et de leur renouvellement, malheureusement, totalement verrouillé depuis des lustres.
Concernant les élites algériennes, elles ne peuvent admettre une autre légitimité que la leur. Ou leur intelligence. Ou leur manière de gérer les affaires du pays. Des exemples ? On peut en trouver dans ces effacements des exemples. On peut en trouver dans ces effacements de dettes au profit de l'Irak, de certains pays africains, ou plus encore concernant ces prêts, dont un non remboursable, consentis à un pays voisin, alors même que le peuple n'a pas été informé de ces décisions « prises en son nom ».
Les élites, notamment celles au pouvoir connaissent le pourquoi de leurs décisions et le peuple, lui, n'y connaît rien ! Normal, les élites sortent des grandes écoles, donc elles sont forcément compétentes.
Pour les exemples cités, les élites mettent en avant la perversité du « voisinage » avec ces pays, qui leur lie les mains et à laquelle, elles s'empressent de se soumettre et d'y soumettre le peuple. Le peuple, disent-elles, ignore tout des contraintes liées aux traités internationaux ou à la géopolitique ; il persiste à ne penser qu'à ses propres intérêts. Qu'il s'agisse de coopération internationale, de normes commerciales ou plus encore, de sécurité, les règles sont implacables et par conséquent, elles s'empressent de les appliquer et de se retourner contre le peuple, pour le contraindre non pas à comprendre le fondement de leurs décisions, mais à se taire !
xLe peuple, dans l'absolu, n'avait pas à commenter, par exemple, le prêt accordé au Fonds monétaire international (FMI), à partir du moment où les élites ont décidé d'en faire bénéficier l'Institution de Bretton Woods, celle-là même qui a contribué au démantèlement des entreprises publiques algériennes et à la mise au chômage de milliers de travailleurs.
Tout cet argent « généreusement » accordé aurait servi, selon le peuple, à :
- construire plus de logements,
- construire des usines et créer de l'emploi aux jeunes,
- moderniser nos villes et nos transports, densifier les réseaux du gaz et de l'électricité,
- construire quelques barrages.
Il faut dire que les élites algériennes persistent à croire que le peuple ignore que le pays ne peut évoluer en vase clos et point n'est besoin de lui rappeler, une fois encore, que le contexte international est crucial!
Les élites au pouvoir, ou encore celles issues des grandes écoles refusent de débattre d'économie, de finances publiques, ou plus encore de défense ou de politique étrangère sachant que ces derniers volets relèvent des domaines réservés. Elles disposent pourtant de tous les moyens publics et même privés pour communiquer et expliquer leur politique.
Elles pensent qu'elles ont mandat pour agir au nom du peuple et qu'elles ont, de ce fait, toute la légitimité pour faire selon ce qu'il leur semble bon. Le peuple n'a qu'à se perdre en conjectures et à supputer comme bon lui semble !
Et c'est ainsi que la défiance entre les élites et le peuple s'installe et se creuse, chaque jour, un petit peu plus ! Cette défiance est d'abord verticale et se nourrit d'un sentiment d'abandon, de plus en plus répandu : les élites, qui nous dirigent, y compris celles qui sont élues, cultiveraient selon le peuple, « l'entre-soi », sans se préoccuper, ou si peu des citoyens. Et le meilleur ou plutôt le pire exemple a été donné par les députés soucieux beaucoup plus de leur confort matériel et financier que du sort des Algériens qui vont être sacrément malmenés par la crise sanitaire et économique qui va certainement perdurer des années durant !
Il serait toutefois naïf de limiter cette défiance aux seuls gouvernants.
Certes, elle frappe la classe politique dans toute sa composante mais aussi l'administration publique, les journalistes, bref toute l'élite intellectuelle.
Et aussi, les patrons d'entreprises, ceux du ex-FCE qui n'ont eu de cesse d'exiger plus de facilités fiscales, du foncier gratuit ou à moindre coût, sans apporter la moindre preuve, pour beaucoup d'entre eux, de leur utilité pour l'économie nationale.
À cette défiance verticale, s'ajoute une autre défiance de type horizontal ; avec l'inflation, la cherté de la vie, les rapports sociaux s'exacerbent et la méfiance, entre pairs, gagne du terrain et met à mal la cohésion sociale. Les syndicats, issus pourtant des classes prolétaires, ou font-elles alors partie des élites, et à leur tête l'UGTA, sont désavoués.
Les élites, faut-il le dire, ne communiquent pas, ou pas assez quand elles sont au pouvoir, alors qu'elles disposent de l'ensemble des médias, dont la télévision qui reste, pour elles, un espace public « monopolistique » par excellence. Elles s'emmurent dans le silence quand elles le quittent, pensant qu'il est bon pour elles de « se mettre en réserve de la république », sait-on jamais, ou se faire oublier, puisque cela vaut mieux ainsi.
Elles devront, dorénavant, regarder en face le peuple, avec lequel la rupture, si elles n'y prennent garde, pourrait, tôt ou tard, être consommée si elle ne l'est déjà, à voir la courbe vers laquelle s'envole l'abstention, scrutin après scrutin.
Affronter le peuple, dialoguer avec lui, le consulter, c'est accepter l'idée qu'il n'y a pas dans le pays :
- d'un côté, un peuple paisible, qui va aux urnes, qui applaudit car content de son sort, semble-t-il ;
- et de l'autre, un peuple frondeur, abstentionniste, qui rejette tout en bloc au motif qu'il déteste les élites qui ne lui accordent pas toute la considération voulue.
En fait, il s'agit de deux segments « intermittents » d'un même peuple appelés autrefois « forces vives de la nation », qui en réalité travaillent beaucoup, pour peu de choses, et souffrent aussi, énormément, du fait d'un quotidien de plus en plus difficile.
On l'aura remarqué aussi, les élites n'assument pas leurs échecs politiques, si éprouvant pour le peuple, sinon ça se saurait depuis ! Ce discrédit vaut, aussi, pour la plupart des élites passées qui sont dans l'opposition aujourd'hui, mais qui ont été en situation de gouvernance hier. Elles n'ont pas fait mieux, quand elles-mêmes, intraitables et sourdes à toutes revendications sociales, elles étaient aux affaires !
À croire que leur devise est « ordo ab chao» et ce n'est pas un hasard si, de façon systématique, les gouvernements successifs laissent le pays dans un état pire que celui qu'ils trouvèrent à leur arrivée : la violence et l'incivisme sont partout, l'insécurité routière fait des ravages, l'école n'en a pas fini avec ses soubresauts, le tourisme et le secteur de la pêche sont au plus mal, le commerce qui n'est pas régulé, la mercuriale qui s'affole et les déficits qui augmentent dans tous les secteurs !
En définitive, tout est possible pour les élites qui trouvent toujours à se recycler qui au Sénat, qui dans une ambassade, et rien ne serait possible pour le peuple, si ce n'est qu'on lui demande, sans cesse, de faire des efforts, quand ce n'est pas des sacrifices qu'on exige de sa part !
Le peuple en a marre ! Car il a l'impression qu'il paye pour sa protection, mais personne ne le protège de ces élites qui disposent de ses richesses et parfois en usent et abusent, tout en lui déclarant, à tout bout de champ, que « l'Etat providence, c'est fini ! ».
Dans la situation de crise que nous subissions, plus que nous traversons, comment mettrons-nous la société en marche, si nos élites sont à court d'idées, persistent à rester dans leur monde abstrait et refusent d'associer le peuple aux décisions qui engagent son avenir?
La crise pétrolière et sanitaire a ceci de particulier, c'est qu'elle a mis à nu la superstructure politique de l'Algérie qui est, complètement, gangrenée.
Les appareils de l'Etat, le Parlement, les assemblées, les partis politiques, tous sont entraînés dans un mouvement de corruption, de soumission et d'opportunisme. À l'approche des élections, notamment législatives, c'est le règne de la mangeoire : tous s'y précipitent, les partis islamistes en tête! rentrer dans cette caste, une seule condition : l'argent!
Force est d'admettre aujourd'hui que notre système social est organisé pour attribuer la plus grande part possible du produit de l'activité collective à un petit nombre de membres dirigeants de la société. Il ne reste plus, fort heureusement, que la souveraineté territoriale assumée par la seule ANP, glorieuse héritière de l'ALN, dont les forces surveillent nos immenses frontières, depuis des années, traquant les terroristes et les trafiquants de tous poils.
La sécurité retrouvée des Algériens est le fruit de cette armée que des forces liées aux intérêts étrangers cherchent à déstabiliser !
Aujourd'hui, on ne le répétera jamais assez, l'élite algérienne, faute de ne pas avoir trouvé des solutions au pays, notamment économiques, est disqualifiée.
Elle s'est mise elle-même hors jeu ! Pour le vérifier, il faut aller voir du côté des réseaux sociaux, Facebook, notamment, qui est en passe de devenir le plus grand média du pays !
Et ceux qui, parmi l'élite, pensent qu'ils peuvent conserver leur puissance et surtout leur avidité insatiable et leur voracité destructrice ont, désormais, du souci à se faire !
Pour l'heure, pas de jour, pas de journal télévisé, pas de « une de journal » sans le récit du déroulement d'un procès financier ; nous suivons les affres de celui d'Ahmed Ouyahia, nous nous sommes délectés des épisodes comiques à rebondissement de celui d'Abdelmalek Sellal ; nous avons culminé et ce n'est pas fini avec Ali Haddad... Nous commençons la série « Khalifa » saison 3 sans parler du programme annoncé à venir de Noureddine Bedoui.
Non seulement ces procès à répétition donnent une piètre image du pays, mais cela renforce notre détestation de l'argent qui n'est pas le nôtre et qui se transforme en dégoût de l'univers des finances, des affaires et des prétendus hommes d'affaires qui se sont largement servis grâce à leurs accointances avec les délinquants en cols blancs, ces prétendues élites qui ont géré le pays ces vingt dernières années !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.