Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Seor a besoin d'un supplément quotidien de 100.000 m3/jour: L'eau d'un jour sur deux à un jour sur quatre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2020

L'eau du robinet sera rationnée à Oran et ses périphéries à partir de cette semaine. C'est ce qui a été annoncé hier matin lors d'un point de presse par le DG de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran, Oussama Heleili qui précise que la wilaya a besoin d'un supplément de 100.000 mètres cubes/jour pour satisfaire les besoins quotidiens de la population.
La Seor ne dispose aujourd'hui, bon jour mauvais jour, que de 450.000 mètres cubes/ jour pour approvisionner la ville et ses périphéries, alors que les besoins en eau sont estimés à 550.000 mètres cubes/jour. A l'exception du centre-ville, qui sera approvisionné en H24 pour des raisons « techniques », toutes les autres secteurs hydrauliques seront soumis à des plages horaires entre 1 jour sur deux et jusqu'à 1 jour sur quatre. « Le nouveau programme de rationnement de l'approvisionnement sera arrêté demain (mercredi). Il sera communiqué à tous nos abonnés dans les jours à venir. La tâche est complexe pour nos services techniques. Il faut commencer d'abord par une sectorisation de toute la wilaya ensuite nous serons contraints de revenir aux anciens procédés de manipulation manuelle des vannes au lieu des solutions modernes de télégestion », affirme le premier responsable de la Seor. Des réunions sont ainsi programmées pour préparer toute la logistique nécessaire pour le rationnement de l'approvisionnement en eau dans la wilaya. Le DG de la Seor insiste sur le fait que le rationnement de l'eau est une solution «inévitable» en raison de la baisse sévère des ressources en eau. Selon Oussama Heleili, le déficit en eau est provoqué essentiellement par des facteurs météorologiques (sécheresse), le recul de la production dans la station de dessalement d'El Maacta et des mauvaises habitudes de consommation de cette ressource vitale (gaspillage). Il a révélé à ce propos que l'approvisionnement à partir du barrage de Chélif, qui alimente les deux wilayas d'Oran et de Mascara, a été suspendu jusqu'à nouvel ordre en raison de la baisse critique du taux de remplissage de cet ouvrage hydraulique. « Le stock mort est désormais atteint dans le barrage du Chélif qui a une capacité de 100 millions de m3. Nous sommes forcés de suspendre l'approvisionnement de ce barrage pour préserver les lourds équipements hydrauliques », souligne, de son côté, M. Khoudja, directeur de l'alimentation en eau potable de la Seor. Devant cette grave situation, la DG de cette société a adressé, il y a à peine quelques jours, une correspondance au ministère de tutelle pour obtenir un supplément d'eau du barrage de Gargar, qui n'a pas souffert de la baisse de son taux de remplissage, pour approvisionner le barrage Chélif. Gargar qui a une capacité de 450 millions m3 dispose actuellement de 180 millions mètres cubes. Le problème est que les deux barrages ne sont pas reliés par une conduite artificielle. Si le ministère accorde son feu vert, la wilaya d'Oran devra bénéficier de 30% des lâchers de Gargar dans les prochains jours. «Cet apport supplémentaire ne pourra aucunement compenser le grand déficit quotidien de la wilaya en eau. Le rationnement est ainsi nécessaire», affirme le DG de la Seor. Le même responsable regrette par ailleurs le recul de la production de la station d'El Mactaa qui n'a jamais atteint depuis sa mise en service en juillet 2016 sa capacité de production maximale en raison de «contraintes techniques et logistiques». Le rationnement de l'approvisionnement en eau ne concernera pas uniquement Oran puisque d'autres wilayas de l'ouest seront soumises à des plages horaires dans les prochains jours et en particulier Mascara. Le DG de la Seor s'est également plaint de la progression des créances de la société qui sont reparties à la hausse en 2020 à cause de la pandémie du Coronavirus pour atteindre 5,5 milliards de dinars. «Ces créances importantes ont des répercussions néfastes sur la santé financière de notre société», regrette le premier responsable de cette société. Le chef de service AEP à la direction des ressources en eau a, quant à lui, estimé que la wilaya d'Oran est la première au niveau national en matière d'équipements et d'installations hydrauliques.
Les capacités de stockage atteignent ainsi les 730.000 mètres cubes. Cependant il a concédé que la wilaya a besoin de nouveaux projets pour sécuriser l'approvisionnement en eau. Selon ce responsable, la principale entrave actuellement est le manque du budget pour le financement des opérations dites d'urgence.
Le gouvernement avait, en effet, gelé le financement des grands chantiers dans presque tous les secteurs pour amortir les répercussions de la crise économique sur le pays, rappelle-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.