Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ENCRE ET L'HISTOIRE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 10 - 2020

La reconnaissance d'Israël par le Soudan n'a pas fait trop de vagues, sinon des applaudissements assez sonores de pays arabes qui s'étaient déjà pliés au dictat des plus forts en forçant à leur guise l'écriture de l'histoire. Il était prévu qu'il ne pouvait en être autrement et il est inscrit que d'autres Etats arabes se préparent à suivre le mouvement et dont leurs souverainetés factices ne servent que d'ornement. Quelques protestations se sont manifestées du bout des lèvres pour faire bonne figure et tenter de redorer d'aléatoires principes ne concordant en rien avec l'air du temps.
Pourquoi donc s'échineraient-ils à être plus palestiniens que les Palestiniens eux dont les dirigeants semblent oublier qu'ils avaient avalisé la reconnaissance de l'Etat d'Israël à contrecœur, convaincus que la cinématographie arabe reposait sur du sable ? Ils avaient pris conscience que jusqu'ici le monde ne s'est jamais nourri des principes de justice et d'équité et que pour les imposer il faudrait toujours que la lutte se fasse à armes égales. Or pour leur détresse actuelle, ils ne disposent que de la brouille littéraire des chefs d'Etat arabes condensée par la félonie seul recours pour consolider l'assise de leur pouvoir sur des populations aux prises avec des préoccupations élémentaires existentielles.
L'encre avec laquelle s'écrit l'histoire du monde aujourd'hui a tendance à vouloir être indélébile et les faits et les événements semblent indiquer que le monde arabe n'en a pas fini avec les secousses létales tant qu'il ne se départira pas de la prose et de la poésie.
Pour le moment, il est incongru de prétendre affronter un char d'assaut avec un canif. Les protestations comme les gesticulations ne suffisent pas pour changer les règles imposées par les maîtres du jeu.
Pour les Arabes, il est d'abord nécessaire de s'élever par le savoir et la maîtrise des technologies pour se mettre au niveau des plus forts. Sans cet effort fondamental, le militantisme pour les justes causes comme les gesticulations s'avéreront illusoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.