Croatie : La joie de Modric après la qualification    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    USM Annaba: Un ratage qui s'explique    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    Quand on manque d'un projet de société    Quel bilan pour le gouvernement ?    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Le comptage des voix est en cours    La «Bombe» H2O    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Un sans-faute pour les Algériens    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Bonne nouvelle pour les entreprises en difficulté    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    385 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Les indépendants soutiennent Tebboune    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UN COMBAT CONTRE SOI
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2020

La lutte contre le corona ressemble à un combat de boxe. Il s'est replié sur les cordes et au moment où le monde entier a baissé la garde, il s'est rué encore plus volcanique que quand il a apparu pour la première fois. Le drame est qu'il est annonciateur d'une présence étendue installée dans une continuité infinie. Vaccin ou pas, il ne lâchera pas l'humanité entière pour rejoindre tout ce que la nature a de pervers, laissant supposer que l'espèce humaine ne sera jamais maîtresse de la direction des vents.
Les morts et les infectés sont de l'ordre des millions et les précautions prennent un visage d'enfermement saupoudré de nombreux vocables de confinement pour adoucir une nouvelle manière de vivre inscrite dans la durée. Avec des peines perdues, les pouvoirs publics s'échinent à calmer les humeurs des populations non disposées à rayer d'un trait des us inscrits dans leurs gènes pour changer de profil.
Pour les Algériens, il n'est pas encore question de revenir à la case départ en reconfinant tout et tous. De nombreuses et pressantes considérations économiques, sociales et religieuses ne recommandent pas une autre hibernation particulière. Décadenasser, les mosquées n'accepteraient pas de voir refermées leurs portes, tant elles sont devenues face à un ennemi invincible les ultimes abreuvoirs vaccinaux pour la majorité des croyants. Il en est de même pour l'institution écolière, symbole de vie et source de tous les espoirs sans laquelle l'existence perd ses premiers repères. Et au cœur de cet achalandage profondément humain se faufile le sacro-saint couffin, maître absolu des préoccupations et des assurances confondues.
On l'aura compris, la pandémie devient prolixe dans les mêlées générales et préfère pour se calmer les duels. Il devient de plus en plus évident que dans cette terrifiante épopée la seule issue restera la responsabilité individuelle. Masques, distanciations sociales, alcool et le reste peuvent apparaître comme des attirails affreusement artificiels. La vérité aujourd'hui est que le virus indique qu'avant de l'affronter, il faudra que chaque être livre d'abord un combat contre lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.