Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Le stress quotidien peut provoquer une dépression    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face à l'Islande (39-24)    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce dimanche    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Arrestation de cinq individus : Saisie de 816 unités de boissons alcoolisées    Cité Mouatsa à Rouiba : Déliquescence générale    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Un conclave pour préparer les prochaines opérations de relogement    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    Réveil de la classe politique    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 11 - 2020

Il n'y a pas plus destructif sinon de déstructurant que le verbe quand il est aux antipodes de l'acte. La littérature quand elle se vêtit des apparats politiques peut très souvent constituer un piège par les mirages séducteurs qu'elle offre avec une facilité débordante et ne place pas de frontières entre la réalité et le rêve. Le langage écrit et l'oral en ne délimitant pas leurs bordures finissent toujours par semer des amalgames entre le réel et le fictif.
Il est vrai que le bonheur est relatif. Mais pour y aboutir, il ne peut se suffire de la langue qui par définition n'est pas osseuse. Quid alors des littérateurs trop savants incapables de se départir des sciences virtuelles et qui sont convaincus de détenir les clés du paradis ? Les théories empruntées ou accaparées foisonnent à l'adresse de ceux disposant d'aléatoires préconçus sur l'empreinte du temps et prédisposés à l'écoute du chant des sirènes pour gober toutes les philosophies.
Il devient évident que ceux qui en savent le moins sont plus proches de la réalité se pliant avec mauvaise grâce à leurs petites et grandes misères et ayant une sûre connaissance de ce qu'est réellement la vie. L'anonyme coiffeur du coin et le «moutchou» du bain maure comme le serveur de café connaissent mieux que quiconque la vraie nature du ciel et le réel poids du couffin. En ne se préoccupant que du concret, ils ne prêtent aucune oreille aux tapageurs contenus des mots, certains que l'espoir aujourd'hui est synonyme d'attente illusoire. Ils n'ont cure de s'asseoir sur le haut des livres ou au bord des analyses parce que l'emprise des trottoirs et l'enfilade des files d'attente humaines ne leur en donnent pas le loisir.
Aujourd'hui, la nature vicieuse fait surgir son génie malfaisant en riant des convictions des hommes et de leurs prétentions démesurées. Elle démontre par les drames qu'elle impose que la rigidité de sa présence ne peut en aucun cas être dérangée par le verbe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.