Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'asymétrie des idioties
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 11 - 2020

Connaissez-vous la loi de Brandolini, ou principe d'asymétrie des idioties (en anglais ‘bullshit asymmetry principle') ? C'est un adage ou aphorisme énonçant que la quantité d'énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d'un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire.
Le principe est formulé publiquement pour la première fois en janvier 2013 par le l'Italien Alberto Brandolini. Une réflexion qui peut se rapprocher de l'aphorisme cité par Lénine dans sa «Lettre aux Camarades», à la différence que l'aphorisme porte sur les questions d'un imbécile et non les idioties qu'il peut affirmer: «Un imbécile peut poser, à lui seul, dix fois plus de questions que dix sages ensemble ne sauraient en résoudre ».
Bref, pour faire court, il est désormais clair (sera-ce admis ? pas sûr !) que la désinformation et la propagation des «idioties», puis le rétablissement de la vérité, sont toujours bien plus coûteux (à la société) que le rétablissement de la vérité. Encore plus coûteux (et plus dommageables) depuis que les réseaux sociaux -parallèlement à ce qu'ils apportent, parfois, comme lien social indéniable et de grande utilité- sont entrés dans la danse. Encore plus coûteux, lorsque les moyens de la communication sont utilisés par des agents émetteurs de haut niveau et bien «organisés» à des fins de nuisances. Encore plus coûteux (et plus dommageables) lorsque les moyens de la communication sont utilisés par des agents émetteurs de niveau culturel élémentaire et moyen.
La situation est claire et il faut «faire avec». D'autant qu'il appert que rien ne sert de «courir» contre la fausse info (fake new) en usant du démenti et de la dénonciation ou même de l'action en justice destinée à punir le contrevenant. Des coups d'épée dans l'eau ! Une perte d'argent, de temps et d'énergie avec même le grand risque d'«effet boomerang» (retour de manivelle) qui voit un accroissement des dommages. Il est connu, qu'en cas d'attaque, en matière d'information, il vaut mieux, au départ «faire le dos rond», et préparer sa contre-attaque dans le calme, mais sans trop attendre.
Et faire quoi ? On ne va pas inventer le «fil à découper le beurre» : Une information diffusée aussi rapidement que possible sinon immédiatement, bien «sourcée», ne provenant que de diffuseurs validés (et non des «mami»), n‘excluant aucun média, aussi complète que possible et, surtout, exacte. Les cas d'école les plus fréquents (en dehors des temps de guerre et de crise qui ont des fonctionnements et des stratégies de communication spécifiques) sont les maladies des chefs d'Etat, lesquelles tues ou en partie cachées, perturbent l'imaginaire politique et social. Idem pour les pandémies : aujourd'hui la Covid 19, hier le Sida, demain le vaccin, tout cela laissant libre cours à moult spéculations et au « scoopisme » : baratins et racontars, souvent alarmistes et complotistes, ont alors le vent en poupe, à la faveur des médias sociaux qui diffusent avec d'autant plus de célérité les informations que celles-ci paraissent choquantes, ou aller à contre-courant des conventions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.