Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    La directrice des médias limogée    Le juge menace de "quitter son corps"    Cafouillage paralysant    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    Intouchable Bouteflika jusqu'à quand?    L'ambassadrice de Turquie rend visite au Soir d'Algérie    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    Le RND émet quelques réserves    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    «Le Cameroun est sur la bonne voie»    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    Un élève agresse le directeur dans son bureau    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Charfi répond aux «petits» partis    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Combat «Don quichotien» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2020

Certains de nos députés ne sont-ils pas en retard d'une bonne longueur par rapport au gouvernement en réclamant une session extraordinaire afin d'organiser un débat sur le partenariat avec l'UE, en signe de protestation contre la résolution du Parlement européen, sur les violations des droits de l'Homme en Algérie ? Dans le sillage du tollé général provoqué par la résolution en question, qualifiée de «campagne tendancieuse» «d'ingérence» dans les affaires internes du pays, des députés ont lancé une pétition pour réclamer un débat sur l'accord d'association avec l'UE, alors même que le débat pour une révision de cet accord a été enclenché depuis quelques mois par le gouvernement suite à une volonté clairement affichée par le président de la République. Et cette révision prônée par le gouvernement a au moins le mérite de fixer un objectif précis, en l'occurrence la correction de cet accord, en fonction des intérêts de l'Algérie et non selon des réactions émotionnelles. Et encore, fallait-il faire toute la différenciation entre le Parlement européen, qui est une union parlementaire dont les résolutions ne sont pas juridiquement contraignantes pour les gouvernements, et l'Union Européenne, une construction juridique qui établit un espace politico-économique composé, en 2020, de 27 Etats-membres.
Et puis, jusqu'où pourrait-on aller à l'issue de cette session extraordinaire réclamée, mais qui n'a aucune chance de se tenir avec deux partis de la majorité, FLN et RND, qui lui tournent le dos ? Envisagerait-on des sanctions économiques à l'encontre de l'Union européenne ? L'Algérie peut bien défendre ses intérêts par le biais d'une révision de l'accord d'association mais n'irait jamais jusqu'à l'utiliser comme moyen de pression sur l'autre partie. D'ailleurs le pourrait-on avec de faibles arguments économiques et dans un contexte de rude concurrence avec les pays voisins ? Les députés initiateurs de ce projet doivent bien le savoir, et s'ils veulent savoir le pourquoi des ingérences continues du Parlement européen dans les affaires internes de l'Algérie, ils ont d'autres arguments à faire valoir.
En tant que parlementaires, ils pourraient tisser des relations avec leurs homologues européens à travers des échanges fructueux. Il faut se demander, plutôt, pourquoi quelques membres seulement du Parlement, qui semblent avoir une dent contre l'Algérie, pour caresser dans le sens du poil leur base électorale et autres visées d'affaiblissement de la voix de l'Algérie dans le concert des nations, réussissent-ils, chaque année, à faire épouser leurs élucubrations à la majorité des parlementaires européens ? Il serait, peut être, plus sage de ne pas tomber dans le panneau conflictuel avec le Parlement européen, qui fait certainement partie des plans ourdis par les ennemis de l'Algérie, mais y aller mollo pour tenter de faire changer les avis en leur faisant toucher la vérité par eux-mêmes. N'est-ce pas mieux qu'un combat «Don quichotien» ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.