Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    La mémoire entêtée     Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Les propositions du mouvement El-Islah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    37 milliards de centimes de créances à recouvrer    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    La pâleur d'une façade    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand s'endetter rapporte
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2020

C'est une bien étrange époque, de celles où ce qui a longtemps relevé de l'impossible devient possible. On se souvient du baril de pétrole à un prix négatif au printemps dernier. Désormais, on vient d'avoir une dette souveraine avec un taux négatif. L'événement n'a duré que quelques minutes la semaine dernière mais il est emblématique : le taux des obligations d'Etat portugaises à 10 ans est devenu négatif à -0,004%. Autrement dit, c'est le prêteur qui achète une obligation à un tel taux qui in fine doit rémunérer l'emprunteur. Le monde à l'envers !
Confiance en la zone euro
Comment comprendre cette tendance qui touche aussi des pays comme l'Espagne, l'Italie et même la Grèce ? Rappelons que ces trois pays ont longtemps été considéré comme le maillon faible de la zone euro alors qu'ils bénéficient aujourd'hui d'une importante détente des taux, c'est-à-dire qu'ils peuvent emprunter pour presque rien alors qu'ils étaient exposés à des rémunérations allant parfois jusqu'à 10%-12% il y a encore quelques années. Dans le cas d'Athènes, le taux d'emprunt était de 37 % (!) en 2012 mais il est tombé récemment à 0,66 % sur dix ans. Selon les spécialistes, il pourrait même passer en négatif au cours des prochaines semaines. Le gouvernement grec émet d'ailleurs déjà des obligations à -0,13% sur deux ans.
Pour les experts, c'est le signe que les marchés croient de nouveau en l'avenir de la zone euro après avoir douté d'elle dans le sillage de la crise de 2008 et des déboires de la Grèce. Malgré la pandémie de Covid-19, la zone euro semble tenir bon avec un plan de relance décidé en juin dernier. De même, la communication de la Banque centrale européenne (BCE) est omniprésente pour rappeler qu'elle défendra la stabilité de la zone. Signe des temps, l'euro s'apprécie par rapport aux autres devises, ce qui confirme la confiance des marchés. Combien de temps durera-t-elle ? Personne ne le sait mais en tous les cas, le Portugal, comme ses voisins, n'a aucun souci à lever des fonds sur les marchés bénéficiant de taux d'intérêt inférieurs à ceux des Etats-Unis.
Un phénomène massif
De façon plus générale, le contexte est porteur. Le cas du Portugal n'est pas isolé et l'indice Bloomberg Barclays estime à 17 500 milliards de dollars d'obligations à rendement négatif en circulation. Un record historique ! De la dette pour pas cher, voilà qui caractérisera à jamais ce début de décennie. Dans le détail, le Japon a émis près de 30% de ces obligations ainsi que la zone euro (15% respectivement pour la France et l'Allemagne). Même la Chine est concernée puisque Pékin a réussi à lever 750 millions d'euros à cinq ans au taux de -0,15%. Dans un contexte de liquidités abondantes, il est évident que l'amoncellement de ces dettes se paiera un jour ou l'autre. Un grain de sable politique, une aggravation de la pandémie ou des divergences politiques au sein de la zone euro et l'hypothèse d'un krach obligataire sera de nouveau dans les têtes. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si le thème de l'annulation de la dette fait son chemin en Europe et aux Etats-Unis. Une sorte de remise à zéro concertée où les Banques centrales joueraient un rôle prépondérant mais on n'en est pas encore là. Pour le moment, s'endetter rapporte de l'argent. Pourquoi les Etats s'en priveraient-ils ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.