Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plan machiavélique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 12 - 2020

Peut-on encore espérer une solution au dossier du Sahara Occidental près de l'organisation onusienne ou l'Union africaine ? Depuis près d'un demi-siècle qu'on tente d'ancrer des repères dans cette région désertique, les efforts de ces deux organisations n'ont abouti à rien de concret jusqu'à présent. Pis, les tergiversations dans ce concert des nations n'ont fait qu'emmêler les fils, au point de faire oublier où on s'est arrêté par où recommencer. Sans parler de l'UA, qui semble tétanisée devant le développement des évènements, qu'en est-il de la position de l'ONU dans ces circonstances actuelles où le Maroc, signataire du cessez-le-feu, paraphé en septembre 1991 sous son égide, renie ses principes prévoyant un référendum d'autodétermination dans les six mois qui devaient suivre ? La mission de l'ONU créée dans ce cadre de l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (Minurso) a connu un échec latent devant le refus de collaboration des Marocains, qui ont trouvé la parade en prenant des réserves sur la composition du corps électoral et le statut du territoire, et repoussé le rendez-vous en question. Peu à peu, le Maroc est revenu avec une nouvelle proposition d'autonomie, effaçant d'un trait le principe du référendum d'autodétermination qui a été, en 1991, le moteur de la signature d'un cessez-le-feu par le Polisario. Ragaillardi par ce dernier soutien du président américain sortant, Donald Trump, qui lui reconnaît une prétendue souveraineté sur le Sahara Occidental au mépris de la légalité internationale et de l'absence de toute qualité pour intervenir dans ce dossier, le Maroc s'est jeté corps et âme dans un piège suicidaire, la guerre. Car, l'échec de la voie diplomatique pour le règlement de ce conflit ouvrirait fatalement la voie au langage des armes. Et, il n'est pas totalement superflu de croire que certaines puissances ont trouvé à travers ce soutien à la prétendue marocanité du Sahara Occidentale le moyen d'embraser cette région relativement épargnée par le « printemps arabe ». Non pas par faiblesse mais par sagesse, et au-delà de la sacralité de la défense de son intégrité territoriale, l'Algérie devrait mettre en échec ce plan machiavélique. Etant l'un des rares pays arabes à s'opposer à la tendance de la normalisation des relations avec Israël, il est très probable que ce dernier tente par tous les moyens d'isoler l'Algérie sur le plan international avant de l'affaiblir par une guerre à laquelle il prendrait une part active en soutenant militairement le Maroc, comme on peut le constater aujourd'hui sur le terrain avec la présence sur le sol occupé du Sahara Occidental de conseillers militaires et de drones israéliens.
La stratégie est claire et elle est en marche, il s'agit seulement de ne pas jouer à un jeu dont les règles ont été établies par des parties hostiles à l'Algérie, et aux Arabes en général malgré le visage souriant affiché. Comme il serait judicieux de ne s'acharner ni sur le SG de l'ONU ou sur l'un des quelconques noms de la short-list proposée pour trouver un envoyé spécial pour le Sahara Occidental, qu'on pourrait récuser en quelques mots, ni sur toute autre partie qui ne partage pas la vision algérienne de défense des peuples opprimés. En somme, ne jamais fermer la porte à la voie diplomatique pour régler ce vieux problème. Cela ne veut pas pour autant dire que les Sahraouis doivent dormir sur leurs lauriers et attendre qu'on vienne leur offrir sur un plateau le référendum d'autodétermination.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.