Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écoute et la fraternité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 01 - 2021

L'année nouvelle est déjà entamée. Elle poursuivra à l'image de ses devancières sa course implacable pour que le temps garde ses sens relatifs en laissant traîner les illusions et les croyances pourtant souvent démenties par la tenace grande vérité qui veut que l'effort d'adaptation à la vie soit en permanence un souci premier. Nous garderons cependant notre tendance à fermer les yeux devant l'impérative nécessité à transformer nos faits et gestes pour damer le pion à la complexité que nous impose une nature devenue boudeuse et belliqueuse.
De guerre lasse, nous gardons notre tendance à nous vêtir par impuissance de la ténacité des croyances où se chamaillent le glaive et la balance jusqu'à nous secouer par les mortels extrêmes et perdre le fil de notre humanisme pour nous laisser noyés dans nos infantilismes les plus féroces.
Faudrait-il nous laisser entraîner par le fatalisme corrosif et considérer que le monde qui nous supporte et où nous ne gardons qu'un pied est une prison sur les murs de laquelle nous nous contenterons de graver des croix représentant les années qui passent ? Peut-être faudra-t-il s'y résigner si nos échecs répétés dans le temps qui déboule à grande vitesse ne sont que le témoignage définitif de notre impuissance. Mais alors, il faudra continuer à nous déifier avec notre autosuffisance et attendre que la vie passe.
Nous ne pouvons être des dieux que si nous nous investissons dans la fraternité et l'écoute soutenue des autres. Les animaux que nous sommes, nous ne pouvons nous échapper du cercle des faunes et anoblir notre particularité pour que nous ne soyons plus que des naufragés dans un monde qui pourtant a été fait pour nous.
L'année 2020 a été incendiée par tous les bouts pour libérer une nature qui nous indique que la terre ne pourra plus nous supporter. 2021 que nous abordons s'annonce d'un flou que ne pourraient dissiper les petits essais de concordance et si nous ne transformons pas avec profondeur notre entité et si les hommes restent indignes de leur humanité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.