Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE MELANGE DES GENRES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 01 - 2021

Le frère cadet du président déchu a été transféré dans une prison civile. De lourds griefs pèsent toujours sur lui et ses allers-retours entre les maisons d'arrêt et les tribunaux ne sont pas près de finir loin s'en faut. Voilà un homme empêtré au cœur de circonvolutions plus que regrettables pour lequel la déroute de sa destinée l'a vêtu d'habits inadaptés à sa taille. On ne s'habille pas au pied levé et sans coup férir d'un costume d'homme d'Etat et le profil et la consistance de l'ex-conseiller spécial sérieusement incriminé à juste raison laissent cependant dégager une odeur de damnation que le mauvais sort lui a attribuée.
La politique a quelque chose de satanique quand des hommes imbus d'une immense autosatisfaction se laissent entraîner par les chants des sirènes et pensent se découvrir par une ivresse inouïe des gabarits de prophètes.
Ce n'est pas tant les amitiés intéressées et les recommandations suspectes dont il doit être question, mais c'est l'élaboration d'une tragédie nationale qui doit être l'objet quand un supposé homme d'Etat manipule à sa guise le destin d'un peuple. Saïd Bouteflika a eu la malchance d'être le frère du président de la République et le chef de l'Etat déchu a eu le dramatique génie de régir le pays comme s'il s'agissait de gérer une cuisine familiale. Le mélange des genres est source des plus grandes des catastrophes. On avait vu en d'autres lieux ce qu'a produit ce fatidique mélange jusqu'à pousser aux méfaits extrêmes.
On n'en a pas été jusque-là. Mais on a du mal à écarter la similitude d'esprits quand les maléfiques irresponsabilités des leaders déroutent la bonne marche des peuples. Les faux dieux finissent toujours au fond des puits. Leur fausse conviction a été d'avoir cru que la vie était un fleuve tranquille et qu'ils pouvaient disposer du présent et du futur comme bon leur semble.
Pourtant la grande histoire n'a jamais cessé de démontrer que la paranoïa et l'arrivisme ont toujours des itinéraires courts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.