L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tébessa - Université : le nécessaire dialogue
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 01 - 2021

  Au cours d'un séminaire national organisé par l'Université de Tébessa, où il était question du «partenariat université-environnement socio-économique», un sujet d'une actualité nationale brûlante, sur fond de modes de développement économique et social du pays, ses mécanismes et ses objectifs. Que pourra-t-on encore dire de l'ampleur et de l'impact de l'Université, l'institution de l'enseignement supérieur, sur son environnement socio-économique et inversement ? En d'autres termes, quel est le rôle de l'Université dans la formation des ressources humaines, selon la demande des partenaires entreprises et organismes publics et privés ? L'Université accomplit-elle sa mission dans la formation et la recherche scientifique au titre d'un partenariat université-entreprise ? Tant d'interrogations sur la relation toujours teintée d'une méfiance (ou incompréhension) réciproque nécessitant d'éclaircissements et de renforcement des liens stratégiques.
Un rapprochement inéluctable pour le bien mutuel, dans l'optique d'un parcours engagé par des pans entiers de la société, mettant à l'épreuve tous les éléments susceptibles de l'encadrer et la booster vers des horizons meilleurs. Dès lors le dialogue s'instaure entre l'Université et son environnement socio-économique, pour des perspectives palpables et des projets réalisables. En matière d'identification des préoccupations mutuelles, formations en fonction des besoins et les demandes des entités socio-économiques. Autrement dit, comment parvenir au transfert des connaissances entre l'Université et son environnement ? Dans sa communication intitulée «pour une stratégie plus efficace» Dib Djalel dira que «l'Algérie et comme beaucoup de pays en développement, l'enseignement supérieur est devenu un enseignement de masse, au lieu d'un enseignement élitiste…» à travers «… un accroissement rapide et désordonné des effectifs des étudiants, durant la période 1990-2010…» «et d'ajouter «le partenariat avec les entreprises et les sociétés économiques porte une importance particulière dans les secteurs de l'Enseignement et la Recherche scientifique, à travers des passerelles multiples. » Le conférencier parlera aussi des difficultés et des obstacles gênant la mise en place d'un partenariat efficace et objectif. Et ainsi propose-t-il des outils et mesures de renforcement de l'action partenariale, université-secteur socio-économique. L'Université algérienne ne devra pas rester en dehors de la dynamique nationale de développement global que connaît le pays. Quand le partenariat devient une nécessité absolue, les pouvoirs publics le savent pertinemment et l'encouragent. A travers l'insertion professionnelle accordée aux diplômés de l'Université, en adaptant les formations aux besoins du monde socio-économique. L'Université contribuera à mettre en place les dispositifs de formation, assurer l'accès de ses installations archives de recherche et le recyclage et la formation continue des agents en exercice dans les entreprises. Qu'en est-il aujourd'hui de ce projet de partenariat ? Plusieurs conventions ont été élaborées entre l'Université et des partenaires socio-économiques et qui sont appelées à se concrétiser. Certaines directions de la wilaya se sont engagées dans une relation de coopération avec l'Enseignement supérieur visant à parfaire le niveau de leurs ressources humaines. D'autant que l'encadrement technique et gestion des entreprises et administrations des collectivités locales demeurent dépendantes de la qualité de l'enseignement et des connaissances dispensées par le partenaire universitaire. Que peut-on attendre d'un enseignement supérieur mis à niveau, au diapason des exigences de l'heure, d'après une vision futuriste d'une Université algérienne ancrée, à son temps, d'un monde en perpétuel changement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.