Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RIEN N'ETONNE PLUS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 01 - 2021

A dit vrai celui qui a affirmé que l'être humain est un puits insondable. Voici un homme auquel nombreux sérieux analystes accordaient des prédispositions pour loger au sommet de l'Etat et était pressenti sans manifeste hésitation comme président de la République. A l'opposé et bien avant l'heure, le jugement populaire avait raison de l'envoyer aux gémonies en devançant la sentence de la justice.
Ahmed Ouyahia n'était donc qu'un contrebandier et un trafiquant de haut étage, magouilleur de basses voltiges qui jonglait avec des lingots d'or. Ses aveux devant les juges et face à l'opinion publique ne sont pas seulement déconcertants mais l'affliction qu'ils enracinent devient une torture pour ceux disposés à lui livrer le bon Dieu sans confession. Les faits qu'il étale avec une pudibonderie feinte assomment par la démesure de leur poids les dos crédules en dépassant l'entendement et ils confirment toutes les rumeurs qui ont habité les rues et les cafés pendant des décennies durant et justifient leur diabolisation. Plusieurs fois chef de gouvernement, l'ex-ministre d'Etat vient de jeter l'opprobre sur une manière de gouverner et confirme toutes les suspicions sur les grands responsables politiques de sa dimension pour que l'on comprenne ce pourquoi la confiance populaire en l'Etat a été ébranlée. Il sera difficile de la raccommoder et c'est à Ouyahia et ses semblables d'assumer la responsabilité de l'abîme qu'ils ont creusé. Les uns sont connus, d'autres plus nombreux ont tiré la couverture sur eux pour se faire oublier.
Il devient certain que la sérénade des vils aveux n'est pas finie. Leur effarant étalage au grand jour n'a plus de quoi étonner.
On devient alors décontenancés, incapables de comprendre pourquoi et de quoi la vermine est née quand l'inconscience atteint un tel degré de déliquescence morale quand des chefs d'Etat et même des rois qui ont pourtant bénéficié des meilleurs attributs de la vie, se laissent noyer au fond d'un infantilisme de bas prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.