Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une visite et des interrogations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 01 - 2021

Le département d'Etat américain qui joue ses dernières heures n'a pas laissé passer le temps pour concrétiser dans les actes la décision «historique» de Donald Trump, reconnaissant il y a un mois la marocanité du Sahara Occidental, en posant pied officiel dans la ville de Laâyoune, province saharienne sous occupation marocaine. Immédiatement après un passage à Alger, jeudi dernier, le Sous-secrétaire d'Etat américain en charge des questions du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord au département d'Etat, David Schenker, s'est rendu au Sahara Occidental. Une première qu'on veut inscrire dans l'histoire. En somme, la visite de David Schenker s'inscrit dans le cadre de l'accord signé le 22 décembre par les Américains, les Israéliens et les Marocains, liant une normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l'Etat hébreu à la reconnaissance américaine de la souveraineté de Rabat sur le Sahara Occidental. Laissant clairement apprécier que le souhait de l'Algérie, transmis au concerné lors de son passage à Alger, de voir Washington conserver son «impartialité» sur la scène régionale et internationale, n'a pas été entendu.
D'où les interrogations suscitées par cette visite. Pourquoi alors ce responsable américain s'est-il donné la peine de transiter par Alger avant de se rendre directement dans la ville de Laâyoune, où il a confirmé la partialité de Washington sur la scène régionale ? Est-ce juste pour dire aux Algériens que les Etats-Unis ne seront pas militairement présents sur le terrain au Sahara Occidental, ou qu'ils «ne comptent pas établir une base militaire au Sahara Occidental» et que l'état-major du commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom) «n'y sera pas relocalisé» ? Peut-être, aussi, que l'hôte de l'Algérie chercherait à dissuader Alger de soutenir le Front Polisario dans une guerre qui semble inévitable contre le Maroc. Les deux pays ont des intérêts communs à garantir une région plus sécurisée, plus stable et prospère, devait-il expliquer dans cet esprit. A travers la visite en question, et à la veille de l'occupation du Département d'Etat américain par une nouvelle équipe, on chercherait à mieux asseoir la reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental devant les autorités algériennes, et faire abandonner à l'Algérie son soutien indéfectible à l'autodétermination du peuple Sahraoui au profit de l'option marocaine plaidant pour une autonomie de ces territoires sous la souveraineté marocaine. D'ailleurs, il l'a clairement affirmé en soulignant, à partir d'Alger, que l'administration Trump soutenait le «plan d'autonomie» de Rabat. Quel changement pourrait-on espérer après l'installation du président américain élu ? «Chaque administration dispose de la prérogative de décider de sa politique étrangère», a consenti David Schenker à Alger.
En attendant, le Maroc jubile, semblant croire à la durabilité de la position américaine. Pourtant, la position américaine changerait au gré de ses intérêts qui, demain, ne seront peut être pas ceux d'hier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.