Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec un déficit de 700 milliards de dinars: Les caisses de la CNR au rouge !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2021

Le problème perdure depuis près d'une décennie et revient d'une manière récurrente, ces dernières années, occuper les devants de la scène médiatique : les signaux de la trésorerie de Caisse nationale des retraites (CNR) sont au rouge !
Le déficit financier de la Caisse atteint la somme colossale de 700 milliards de DA, a alerté le directeur général de la Caisse nationale des retraites (CNR), Slimane Melouka, lors d'une émission, jeudi 14 janvier, sur les ondes de la Radio Chaîne 1.
Non sans souligner que ce déficit, qui connaissait « une augmentation significative » durant la période 2014-2018, est « stable » depuis 2019 grâce aux mesures prises par la tutelle. Et, si on connaît les causes qui ont creusé le déficit de la CNR, liées au départ massif à la retraite anticipée à partir de 2012 (soit 130.000 départs en 2012, 160.000 en 2013, et plus de 140.000 pour 2014 et 2015, contre seulement 20.000 pour 2011), ainsi que les augmentations des salaires de la période 2011-2012 avec effet rétroactif de 3 ans, qui ont pratiquement accablé la Caisse, en sus de l'allongement de l'espérance de vie, la solution efficiente échappe, encore, aux pouvoirs publics. Bien sûr, on arrive toujours à remettre à flot la Caisse, qui continue à assurer le versement des pensions, grâce à la fiscalité pétrolière notamment, alors que l'équilibre financier serait à chercher ailleurs. Principalement, cet équilibre financier est à trouver sur le marché de l'emploi, « car la Caisse a besoin de 5 adhérents pour un retraité, contrairement à la situation actuelle où 2,1 adhérents cotisent pour un seul retraité », comme l'a rappelé le DG de la CNR. Relevant dans ce contexte, qu'il faut ouvrir les portes aux recrutements pour augmenter le nombre de cotisants et multiplier les sources de financement de la Caisse, qui proviennent actuellement en grande partie de la Caisse nationale des Assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS).
Le DG de la CNR a, ainsi, mis l'accent sur l'importance de trouver d'autres alternatives pour diversifier des sources de financement de la CNR, sans en préciser les voies et moyens de cette modulation. Certains économistes estiment, dans un environnement allant à la privatisation ou l'ouverture du capital de sociétés publiques, qu'il faut envisager dans cet esprit d'allouer un pourcentage dans ce cadre à la CNR. Sans parler d'une récupération ou d'une mise en location des biens immobiliers de la CNR qui lui ont été retirés, et qui ont été distribués, à gauche et à droite, sans aucun bénéfice pour la Caisse. M. Slimane Melouka défend également le principe de repousser l'âge de la retraite à 65 ans, au lieu de 60 ans, actuellement, afin, argumente-t-il, de s'adapter à la conjoncture économique actuelle du pays. Autant parler d'une réforme du système de retraite, inévitable mais refoulée en raison de la sensibilité du dossier, et qui devrait impérativement inclure d'autres mesures, en sus de retarder l'âge légal de départ à la retraite, dont l'étalement de l'assiette de calcul des pensions. Et, ce n'est forcément pas les petites pensions qu'on devrait malmener plus encore. Il serait plus équitable de commencer par les grosses pensions dans ce sens, par exemple réformer le Fonds spécial de retraite (FSR) pour les hauts cadres de l'Etat, qui bénéficie à près de 100.000 retraités, selon des indiscrétions à un taux de 100 % et qui prend comme référence de calcul la dernière fiche de paie du haut cadre de l'Etat, soit quelques 20 milliards de DA par mois (pour un salaire moyen de 200.000 DA) à la charge du Trésor public. Si on veut éviter de provoquer un malaise social en engageant pareille réforme, très délicate, il serait indispensable de commencer par régler les disproportions qui existent avant de toucher aux petites pensions.
Sur un autre registre, le même responsable a rappelé que le calendrier de versement des pensions de 3.300.000 retraités a été revu en coordination avec les secteurs concernés. Il s'étend désormais du 15 au 26 de chaque mois, pour permettre, a-t-il relevé, à cette catégorie, de retirer les pensions « dans les meilleures conditions », notamment en cette conjoncture sanitaire marquée par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus. Ainsi que d'autre mesures prises pour faciliter l'accès des citoyens aux prestations fournies par la CNR, à l'instar des procédures de modernisation et le numéro vert de la Caisse (11 30), mis à leur disposition, qui ont contribué à la prise en charge à distance des citoyens pendant cette période sanitaire exceptionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.