Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    Les prochaines consultations électorales, une opportunité pour l'édification d'institutions fortes en Algérie    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Saisie de plus d'un quintal de cannabis    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Vers un maintien des niveaux de production    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    La mafia du foncier dénoncée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En attendant la bonne thérapie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2021

Le gouvernement en place peine à convaincre, même si ce dernier multiplie les offres politiques de charme pour se dégager de l'impasse héritée de l'ancien régime. C'est que la rue gronde. Il ne se passe pas une journée sans que l'on signale des routes bloquées, des sièges d'APC cadenassés, des sit-in et autres protestas aux quatre coins du pays. Soixante ans après le recouvrement du soleil de la liberté, la satisfaction des besoins primaires des populations, celles que l'on appelle aujourd'hui les «zones d'ombre», reste la revendication leitmotiv des Algériens aux quatre coins du pays. C'est que la rue, ce dévidoir social par vocation, se réveille dans un gigantesque geyser de colère, alors que l'équipe gouvernementale n'a pas encore trouvé la bonne thérapie pour dégager le pays d'une dangereuse zone de turbulences.
Les mauvaises conditions économiques et sociales risquent bien de brouiller la vue au gouvernement actuel, comme au nouveau cabinet gouvernemental que l'on dit imminent, d'autant plus que seul un «remède de cheval» peut remettre en marche la gigantesque machine en panne qu'est l'Algérie d'aujourd'hui.
Et même si le commun des Algériens ne voit pas la pilule passer avec des impôts et taxes inscrits au titre de la loi de finances 2020, les «mesures-bouclier» prises par le gouvernement comme l'autorisation d'importation de véhicules neufs, l'urgence est d'adosser un pompier à chaque pyromane en puissance, tant la conjoncture sociale laisse présager des jours douloureux.
En attendant, il s'agira pour le nouvel exécutif de surveiller, comme du lait sur le feu, toute velléité, délibérée ou pas, de titiller le détonateur d'une bombe sociale qui garde encore intactes toutes ses capacités de nuisance. Parce que concilier un immense chantier politique en cours, une politique économique performante avec une justice sociale acceptée de tous, n'est-ce pas là, à dire vrai, la plus exaltante des œuvres humaines dignes d'un prix Nobel d'économie ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.