Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mots et maux de l'histoire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 01 - 2021

Tout n'a pas encore été dit sur ce rapport Stora remis au président français Emmanuel Macron et rendu public sous le titre «Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie».
L'heure est-elle à passer à la balance les mots sur les maux du colonialisme ? Apparemment, pas d'emballement, pour l'instant, sur un sujet qui a fait, et fait toujours, couler beaucoup d'encre. C'est à peine si on a effleuré son lourd contenu, au sens propre et figuré, d'un côté ou l'autre de la rive méditerranéenne. Hormis les lectures médiatiques qui ne donnent à voir que le contenu du rapport, la réaction officielle de l'Elysée prend son temps, qui pourrait s'étaler selon l'établissement d'un pont avec le palais d'El Mouradia, qui devrait adjoindre sa vision sur ce dossier, confié de ce côté-ci à l'historien Abdelmadjid Chikhi par le président Tebboune. A Alger, on a parlé, pour le moment, en second plan de ce rapport dans une dépêche
de l'Agence officielle, où le trait saillant a été consacré à la plaidoirie des associations de chercheurs, juristes et archivistes, ainsi qu'un large panel d'historiens français, qui ont saisi le Conseil d'Etat de leur pays pour obtenir «l'annulation» d'une nouvelle instruction interministérielle restrictive sur le plan de l'accès aux archives contemporaines, classées «Secret Défense». L'Algérie réclame la récupération de «la totalité» de ses archives de la France et cette nouvelle instruction interministérielle pourrait faire barrière à la concrétisation de ce travail primordial dans cette recherche d'une réconciliation des mémoires. La circonspection est également manifeste à travers les comptes rendus des médias, alors que les commentaires des internautes ont été plus critiques à l'égard des propositions contenues dans le rapport en question. Globalement, on estime que le rapport reste modeste avec ses conclusions paraboliques par rapport à la force politique imprégnant la volonté de celui qui a demandé ce travail, en l'occurrence le président français, qui a publiquement et ouvertement reconnu, quant à lui, que le colonialisme est un crime contre l'humanité. Mais, cette dernière sortie de la présidence française, qui a annoncé à la veille de la remise du rapport Stora que « des actes symboliques sont prévus mais qu'il n'y aura ni repentance ni excuses », a fait de l'ombre à la position, qu'on croyait tranchée, du président français. Ce dernier attendra-t-il une confrontation des conclusions du rapport Stora avec le rapport Chikhi avant de proposer sa feuille de route pour arriver à une réconciliation des mémoires ?
Sûrement, car il faut être deux pour parler de cette réconciliation des mémoires. Et, il n'est pas dit que le regard politique sera identique à la conception académique du sujet. Probablement que les deux présidents algérien et français éviteraient les mots qui focalisent les tensions et les aversions, et aller directement à l'essentiel qui traduirait dans le fond les mêmes expressions, ou presque, sans en parler. Privilégier les actes plutôt que les mots ? Cela reste à voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.