Le déficit national de pluviométrie compris entre 20 et 30% sur les 3 dernières années    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Accidents: 11 morts et 738 blessés depuis le début du Ramadhan    Super Ligue : Florentino Perez s'explique    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    La BADR vulgarise ses produits    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    6 ans de prison pour deux anciens DG    3 décès et 156 nouveaux cas    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    Les exigences de la CNCC    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travail sur la mémoire et la question des archives : «Le dossier n'avance pas», affirme Abdelmadjid Chikhi
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2020

Le conseiller du président de la République chargé des Archives nationales et du dossier de la mémoire, Abdelmadjid Chikhi, estime que le dossier mémoriel «n'avance pas en raison du manque de volonté chez la partie française».
Intervenant hier au forum de la Chaîne 1 de la Radio nationale, il précise que «six mois après sa nomination par le président de la République pour représenter la partie algérienne dans le travail en cours avec l'Etat français sur les dossiers liés à la mémoire nationale et à la récupération des Archives nationales, il n'a eu de contacts avec l'historien français Benjamin Stora qu'à deux reprises par téléphone».
L'historien Benjamin Stora, rappelons-le, a été désigné par le président français, Emmanuel Macron, pour dresser un «état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie».
Selon Chikhi, l'historien lui a confié «qu'il préparait un rapport à la demande du président français, Emmanuel Macron, et qu'il ne pouvait pas parler du dossier avant de le remettre aux autorités françaises».
A l'occasion du dernier entretien téléphonique entre les présidents Tebboune et Macron, ce dernier a informé son homologue algérien que le rapport sur le dossier de mémoire «sera fin prêt en janvier prochain».
Du côté algérien, rien ne semble être fait. Abdelmadjid Chikhi n'avance rien en tout cas dans ce sens.
Poursuivant, l'invité de la Radio algérienne explique «qu'il n'est pas possible de tourner la page du passé, car le dossier de la mémoire fait partie intégrante de l'histoire de l'Algérie et que le dialogue est la solution la plus adéquate pour calmer les esprits, surtout si des canaux appropriés sont utilisés pour faire aboutir les négociations».
Selon Abdelmadjid Chikhi, l'opinion publique française «n'est pas unie face au passé colonial de la France».
«Il y a des lobbies et des associations françaises influentes qui font obstruction aux négociations sous prétexte que nous nous sommes emparés – selon ce qu'ils croient – de leurs terres et de leurs biens», affirme-t-il.
Récupération des archives : Pas d'arbitrage international
Concernant les archives, l'orateur précise que «cette question ne fait pas partie du dossier de la mémoire». Jusqu'à présent, rappelle-t-il, deux personnes ont été désignées des côtés algérien et français pour étudier ce dossier et créer les conditions ainsi que le terrain pour résoudre cette problématique.
Le directeur des Archives trouve que la question est plus difficile en raison des obstacles mis en place par les autorités françaises. «Nous demandons la récupération de toutes les archives nationales datant d'avant 1962», lance-t-il.
Lors de son intervention, il affirme que «le recours à l'arbitrage international pour récupérer les archives comporte des risques et peut entraîner leur destruction par un comportement imprudent, et que l'arbitrage international ne peut être utilisé que si l'intégrité des archives est garantie».
S'agissant de la question des crânes des martyrs et héros de la résistance, il affirme que l'Algérie n'a récupéré qu'une petite partie par rapport au grand nombre de crânes qui sont toujours en France, soulignant que «les 24 crânes des dirigeants de la résistance populaire et de leurs camarades récupérés ne sont qu'une première étape.
Le travail n'est pas terminé et se poursuivra jusqu'à ce que tous les crânes soient récupérés».
Par ailleurs, le directeur général des Archives nationales a annoncé la tenue, aujourd'hui, d'une réunion avec tous les secteurs concernés par ce dossier pour étudier ce qui peut être mis en place en termes de travail et de structures, indiquant que le système éducatif est la structure de base pour éduquer la jeune génération.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.