De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Travail sur la mémoire et la question des archives : «Le dossier n'avance pas», affirme Abdelmadjid Chikhi
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2020

Le conseiller du président de la République chargé des Archives nationales et du dossier de la mémoire, Abdelmadjid Chikhi, estime que le dossier mémoriel «n'avance pas en raison du manque de volonté chez la partie française».
Intervenant hier au forum de la Chaîne 1 de la Radio nationale, il précise que «six mois après sa nomination par le président de la République pour représenter la partie algérienne dans le travail en cours avec l'Etat français sur les dossiers liés à la mémoire nationale et à la récupération des Archives nationales, il n'a eu de contacts avec l'historien français Benjamin Stora qu'à deux reprises par téléphone».
L'historien Benjamin Stora, rappelons-le, a été désigné par le président français, Emmanuel Macron, pour dresser un «état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie».
Selon Chikhi, l'historien lui a confié «qu'il préparait un rapport à la demande du président français, Emmanuel Macron, et qu'il ne pouvait pas parler du dossier avant de le remettre aux autorités françaises».
A l'occasion du dernier entretien téléphonique entre les présidents Tebboune et Macron, ce dernier a informé son homologue algérien que le rapport sur le dossier de mémoire «sera fin prêt en janvier prochain».
Du côté algérien, rien ne semble être fait. Abdelmadjid Chikhi n'avance rien en tout cas dans ce sens.
Poursuivant, l'invité de la Radio algérienne explique «qu'il n'est pas possible de tourner la page du passé, car le dossier de la mémoire fait partie intégrante de l'histoire de l'Algérie et que le dialogue est la solution la plus adéquate pour calmer les esprits, surtout si des canaux appropriés sont utilisés pour faire aboutir les négociations».
Selon Abdelmadjid Chikhi, l'opinion publique française «n'est pas unie face au passé colonial de la France».
«Il y a des lobbies et des associations françaises influentes qui font obstruction aux négociations sous prétexte que nous nous sommes emparés – selon ce qu'ils croient – de leurs terres et de leurs biens», affirme-t-il.
Récupération des archives : Pas d'arbitrage international
Concernant les archives, l'orateur précise que «cette question ne fait pas partie du dossier de la mémoire». Jusqu'à présent, rappelle-t-il, deux personnes ont été désignées des côtés algérien et français pour étudier ce dossier et créer les conditions ainsi que le terrain pour résoudre cette problématique.
Le directeur des Archives trouve que la question est plus difficile en raison des obstacles mis en place par les autorités françaises. «Nous demandons la récupération de toutes les archives nationales datant d'avant 1962», lance-t-il.
Lors de son intervention, il affirme que «le recours à l'arbitrage international pour récupérer les archives comporte des risques et peut entraîner leur destruction par un comportement imprudent, et que l'arbitrage international ne peut être utilisé que si l'intégrité des archives est garantie».
S'agissant de la question des crânes des martyrs et héros de la résistance, il affirme que l'Algérie n'a récupéré qu'une petite partie par rapport au grand nombre de crânes qui sont toujours en France, soulignant que «les 24 crânes des dirigeants de la résistance populaire et de leurs camarades récupérés ne sont qu'une première étape.
Le travail n'est pas terminé et se poursuivra jusqu'à ce que tous les crânes soient récupérés».
Par ailleurs, le directeur général des Archives nationales a annoncé la tenue, aujourd'hui, d'une réunion avec tous les secteurs concernés par ce dossier pour étudier ce qui peut être mis en place en termes de travail et de structures, indiquant que le système éducatif est la structure de base pour éduquer la jeune génération.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.