Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Après avoir accusé l'Algérie d'utiliser Pegasus: RSF avoue avoir commis une erreur    Une autre forme de normalisation ?    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Covid-19: Réception de 2,4 millions de doses de vaccin de la Chine    Blida: Trois blessés lors de l'extinction des feux de forêt à Chréa    Bouira: 61,65 %, évolution du taux de réussite au BAC    Naïveté et réalité du monde    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    La session parlementaire clôturée demain    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Le paiement en ligne est opérationnel    Les dividendes d'une diplomatie scientifique    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Situation catastrophique à Sétif    Khenchela frappée de plein fouet    Deux hôpitaux et quatre polycliniques réquisitionnés    Y a-t-il des présidents d'APC à Alger?    Le retour au confinement de nouveau abordé    208 migrants secourus en 48 heures    Le baril efface ses pertes    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Travail sur la mémoire et la question des archives : «Le dossier n'avance pas», affirme Abdelmadjid Chikhi
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2020

Le conseiller du président de la République chargé des Archives nationales et du dossier de la mémoire, Abdelmadjid Chikhi, estime que le dossier mémoriel «n'avance pas en raison du manque de volonté chez la partie française».
Intervenant hier au forum de la Chaîne 1 de la Radio nationale, il précise que «six mois après sa nomination par le président de la République pour représenter la partie algérienne dans le travail en cours avec l'Etat français sur les dossiers liés à la mémoire nationale et à la récupération des Archives nationales, il n'a eu de contacts avec l'historien français Benjamin Stora qu'à deux reprises par téléphone».
L'historien Benjamin Stora, rappelons-le, a été désigné par le président français, Emmanuel Macron, pour dresser un «état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie».
Selon Chikhi, l'historien lui a confié «qu'il préparait un rapport à la demande du président français, Emmanuel Macron, et qu'il ne pouvait pas parler du dossier avant de le remettre aux autorités françaises».
A l'occasion du dernier entretien téléphonique entre les présidents Tebboune et Macron, ce dernier a informé son homologue algérien que le rapport sur le dossier de mémoire «sera fin prêt en janvier prochain».
Du côté algérien, rien ne semble être fait. Abdelmadjid Chikhi n'avance rien en tout cas dans ce sens.
Poursuivant, l'invité de la Radio algérienne explique «qu'il n'est pas possible de tourner la page du passé, car le dossier de la mémoire fait partie intégrante de l'histoire de l'Algérie et que le dialogue est la solution la plus adéquate pour calmer les esprits, surtout si des canaux appropriés sont utilisés pour faire aboutir les négociations».
Selon Abdelmadjid Chikhi, l'opinion publique française «n'est pas unie face au passé colonial de la France».
«Il y a des lobbies et des associations françaises influentes qui font obstruction aux négociations sous prétexte que nous nous sommes emparés – selon ce qu'ils croient – de leurs terres et de leurs biens», affirme-t-il.
Récupération des archives : Pas d'arbitrage international
Concernant les archives, l'orateur précise que «cette question ne fait pas partie du dossier de la mémoire». Jusqu'à présent, rappelle-t-il, deux personnes ont été désignées des côtés algérien et français pour étudier ce dossier et créer les conditions ainsi que le terrain pour résoudre cette problématique.
Le directeur des Archives trouve que la question est plus difficile en raison des obstacles mis en place par les autorités françaises. «Nous demandons la récupération de toutes les archives nationales datant d'avant 1962», lance-t-il.
Lors de son intervention, il affirme que «le recours à l'arbitrage international pour récupérer les archives comporte des risques et peut entraîner leur destruction par un comportement imprudent, et que l'arbitrage international ne peut être utilisé que si l'intégrité des archives est garantie».
S'agissant de la question des crânes des martyrs et héros de la résistance, il affirme que l'Algérie n'a récupéré qu'une petite partie par rapport au grand nombre de crânes qui sont toujours en France, soulignant que «les 24 crânes des dirigeants de la résistance populaire et de leurs camarades récupérés ne sont qu'une première étape.
Le travail n'est pas terminé et se poursuivra jusqu'à ce que tous les crânes soient récupérés».
Par ailleurs, le directeur général des Archives nationales a annoncé la tenue, aujourd'hui, d'une réunion avec tous les secteurs concernés par ce dossier pour étudier ce qui peut être mis en place en termes de travail et de structures, indiquant que le système éducatif est la structure de base pour éduquer la jeune génération.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.