Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali de Blida Mustapha Layadhi reporté au 15 mars    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Athlétisme-LAA : Reprise de la compétition…    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE BOUT DU FIL
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2021

Une nette impression de tourner en rond est devenue insistante avec l'étalage sur la voie publique des affaires de malversation, de détournement des biens publics et de trahison. Le plus significatif est que ce sont surtout des magnas arrivistes et de hauts responsables de l'Etat qui sont concernés par ce terrassement spectaculaire jamais entrepris jusqu'ici et qui en même temps suggère l'image d'une bouche d'égout et ses eaux usées débordées. On en vient finalement à remuer un couteau dans la plaie en pointant du doigt celui considéré comme le principal chef d'orchestre de cette affligeante et malodorante mêlée.
Il s'agit bien sûr d'un président de la République que l'on dit déchu sans qu'il le soit réellement et la difficulté de l'aborder frontalement certifie que la grande porte de la justice ne devrait pas rester entrebâillée. Mais plus qu'incriminer un homme et décider de se focaliser sur lui, il est patent de constater que la vraie culpabilité de la létale médication tient plus de la gouvernance et d'une culture pour lesquelles la majorité d'un peuple s'est pliée. C'est de la générale articulation d'un pays dont il doit être question dès lors qu'un pan de nababs politiques voleurs de bœufs a poussé une marge de la société à apprendre à voler des œufs.
On voit bien à travers les accusations mutuelles que s'échangent les hauts responsables du sommet des prétoires qu'un versant de la tragédie, parfois à la limite du risible, un important versant des données est éludé. L'aborder sereinement et avec objectivité aboutirait à décortiquer une longue histoire d'une nation souvent perturbée par des luttes de pouvoir qui ont suivi de successives nuits coloniales. Sans doute que les bonnes adresses du progrès et de l'émancipation ont été flouées par de mauvaises croyances et de contre-vérités. Le règne d'Abdelaziz Bouteflika en est un exemple frappant.
Dans ce vaste méli-mélo fort désagréable, pour se réconcilier avec ce que l'histoire a de plus noble, il restera à espérer que l'on aboutisse à déceler le bout d'un fil rendu sciemment invisible par peur de turbulences et par nécessité de stabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.