Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Point de rupture ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2021

Y a-t-il menace sur le front social ? La dernière sortie tonitruante du SG de l'UGTA, Salim Labatcha, un syndicat qui prône le dialogue et la concertation, plutôt prompt à la conciliation que le recours aux bras de fer pour régler les conflits, sonne comme un avertissement clair à propos du lourd fardeau sur le dos des travailleurs, et qui risque, sérieusement, de leur faire perdre patience. En tout cas, le concerné n'a pas pris de gants pour asséner ses vérités et ses critiques envers un Gouvernement qui a perdu le contrôle de la situation, fera-t-il constater, face à l'envolée sans précédent des prix de la majorité des produits. Des prix qui nécessitent un salaire minimum de plus 70.000 DA pour permettre aux citoyens de rattraper la perte de pouvoir d'achat provoquée par la hausse des prix qui poursuivent des semaines durant une courbe ascendante, a-t-il encore estimé.
Certainement en connaissance de cause, le patron de l'UGTA s'indignera du fait qu'on débatte sur l'importation des voitures alors que l'urgence du moment est de se soucier gravement de la sauvegarde de l'emploi et des entreprises publiques menacées de fermeture. Cela laisse-t-il entendre que l'UGTA ne pourra plus jouer aux pompiers ? Va-t-on vers l'ouverture des hostilités avec le Gouvernement, à travers des revendications salariales ? L'augmentation des salaires est inévitable pour rattraper la perte de pouvoir d'achat, assène le patron de l'UGTA. Non sans rappeler que la revendication relative à la révision de la loi sur la retraite reste d'actualité pour son syndicat, notamment le droit à la retraite pour le travailleur ayant exercé 32 ans. Quand l'UGTA hausse le ton, que dire des autres syndicats autonomes ? Ces derniers se préparent-ils à passer à la riposte ? Le gouvernement avoue qu'en partie, la hausse des prix de plusieurs produits alimentaires est due à la la baisse du dinar, en sus d'autres paramètres liés à l'augmentation des coûts mondiaux des matières premières et des coûts de la logistique, mais est-ce convenable de faire payer au citoyen la facture du déficit public, en procédant à une douloureuse dévaluation du dinar ? La politique de la dévaluation du dinar devrait avoir ses limites, tous les spécialistes en conviennent, face à ses répercussions sur les prix et des conséquences d'une gronde sociale imparable à la longue. Aucun pays, du plus proche espace géographique au plus lointain, n'est à l'abri de la grogne sociale. Un dogme qui découle de source de la longue crise sanitaire avec ses effets dévastateurs sur les économies. L'Algérie a un peu oublié cette réalité, au point où le Gouvernement vaque à mille lieux du risque d'éclatement de frondes sur le front social, croyant que les dispositions de solidarité limitées aux couches précaires, ou encore les subventions aux produits de large consommation, préservent parfaitement l'équilibre social. Pourtant, le malaise qui plane sur le front social, depuis plus de deux ans, ne s'est jamais estompé, et le couvercle risque de sauter à tout moment. La protestation socioprofessionnelle s'est tue lors du ‘hirak', en 2019, parce que les syndicalistes et les masses laborieuses admettaient qu'il fallait garder toute la concentration sur les revendications populaires, qui se résumaient à faire dégager le système, et le répit a été prolongé avec l'élection d'un nouveau président de la République, mais il semble que le point critique est atteint. L'alerte trouvera-t-elle écho auprès des hautes autorités du pays et les inciter à négocier un vaccin pour prémunir la paix sociale ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.