L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecole Zeddour Brahim Belkacem (Plateau): Les élèves menacés par l'effondrement d'un mur et d'un immeuble en ruine
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2021

Les parents d'élèves ainsi que le personnel de l'école primaire Zeddour Brahim Belkacem sise dans le quartier Sidi El Bachir ex-Plateau sont montés au créneau pour tirer la sonnette d'alarme sur une situation qui menace la vie de leurs enfants. Il s'agit, en effet, d'un mur d'une entreprise désaffectée et d'un immeuble en ruine toujours occupé par des familles, mitoyens à l'école et qui risquent à tout moment de s'effondrer sur la cantine de l'établissement. Face à une telle situation, les services de la commune n'ont eu d'autres recours que de fermer la cantine et une partie de la cour pour ainsi préserver la vie des écoliers.
Selon les parents d'élèves, le danger est omniprésent à la moindre précipitation.
«Nous craignons pour la vie de nos enfants notamment en période hivernale où le moindre souffle de vent risque d'entraîner à la fois le mur et la bâtisse en ruine », assure un parent d'élèves. Ce dernier signale qu'une commission composée des représentants de la daïra, des services du secteur urbain et les services techniques de la commune a effectué une visite au niveau de l'école et avait décidé en urgence l'installation, momentanément, d'un grillage au niveau de la cour pour éviter aux écoliers de se rapprocher du mur. Un provisoire qui dure, puisque jusqu'à présent aucune initiative n'a été prise pour rouvrir la cantine scolaire et une partie de la cour de recréation. «Faut-il qu'un drame arrive pour que les responsables concernés bougent et entament la démolition de ce mur et le relogement des familles pour pouvoir raser l'immeuble en ruine», s'interroge notre interlocuteur qui signale au passage que «la situation évolue dangereusement chaque année avec la dégradation constante du mur qui menace de tomber à tout moment ».
En Algérie, c'est le vieux bâti et l'habitat précaire qui occupent une place prépondérante dans le classement macabre des causes à l'origine de plusieurs décès, déplorés chaque année à travers le territoire national. Le nombre de décès en raison de la vétusté des différentes infrastructures est en train d'augmenter de manière effrayante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.