L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel incendie au bidonville la «CUMO»: Enième appel des habitants pour accélérer le processus de leur relogement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 02 - 2021

Au lendemain de l'incendie qui a ravagé un chalet dans le bidonville de l'ex-résidence universitaire la «CUMO» à Es-Senia, des habitants du site ont lancé un énième appel au wali d'Oran en vue d'accélérer le processus de leur relogement.
Selon le représentant des familles, les habitants du bidonville devaient faire l'objet d'un relogement le mois de février dernier, mais jusqu'à présent rien n'a été fait.
« Lors d'un exposé sur le programme de l'Habitat de la wilaya d'Oran présenté à l'ex-wali d'Oran, le DG de l'OPGI avait annoncé la réception de plus de 1.000 logements sociaux dans la commune de Béthioua, au courant du mois de février 2020.
Le même responsable avait indiqué que ces logement seront destinés aux habitants des bidonvilles de l'ex résidence universitaire la «CUMO» et le bidonville de Kara, tous deux situés dans la commune d'Es-Senia, mais jusqu'à aujourd'hui nous n'avons toujours pas été relogés », assure notre interlocuteur. « Une commission technique a recensé toutes les familles, le mois de septembre 2017 et on nous avait promis des logements avant la fin de l'année 2018, mais pour le moment nous n'avons rien vu venir», souligne notre interlocuteur.
Ce dernier assure qu'après les opérations de relogement qui ont touché les grands bidonvilles de Aïn El-Beida et Cheklaoua, les habitants du bidonville de l'ex- résidence universitaire la «Cumo» d'Es-Senia, avaient adressé une correspondance aux différents walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya pour leur demander d'inscrire leur site dans le programme des relogements. « La wilaya d'Oran a entamé une vaste opération de relogement qui a touché de nombreux bidonvilles, nous espérions être parmi les familles bénéficiaires. Malheureusement jusqu'à présent nous n'avons rien vu venir.
Nous craignons d'être oubliés, malgré les promesses qui nous ont été faites », assure le même interlocuteur. Il affirme encore que la situation ne cesse de se dégrader et les habitants ont peur de passer un autre hiver dans ce bidonville. « Chaque hiver, le nombre de malades augmente, notamment chez nos enfants à cause des conditions de vie déplorables, suite froid et l'insalubrité », poursuit le représentant des familles.
Dans leur correspondance, les habitants du site ont tenu à rappeler le dernier sinistre qui a failli coûter la vie à plusieurs personnes. « Il y a quatre mois, un incendie a déjà ravagé une partie des chalets et le risque est toujours omniprésent », affirme-t-il. Il y a lieu de rappeler qu'au lendemain du premier sinistre, en 2017, une vingtaine de familles ont été recasées dans une base de vie de la Setram, dans des conditions qui ne diffèrent en rien du bidonville dans lequel elles vivaient.
Les représentants de ces familles avaient reçu des promesses au lendemain de cet incendie pour la prise en charge de leur cas, dans les plus brefs délais. Plus de 20 autres familles se sont retrouvées sinistrées avant-hier suite à l'incendie qui ravagé un autre chalet. A maintes reprises, les habitants de la CUMO avaient organisé des rassemblements de protestation devant le siège de la daïra d'Es-Senia pour exiger leur relogement.
Il y a quelques mois les familles habitant le bidonville de l'ex- CUMO avaient bloqué l'axe routier entre Es-Senia et l'aéroport d'Oran, non loin de la clinique Kara. Les protestataires ont exigé d'être relogés, après avoir été victimes d'un incendie.
Les familles occupant des chalets et des baraques de fortune, érigés à l'ex-résidence universitaire, relevant de la commune d'Es-Senia, avaient à maintes reprises, lancé des SOS de détresse au chef de l'exécutif de la wilaya, dans le but de pouvoir disposer de logements décents lors des prochaines opérations de relogement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.