Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que doit la rue à l'urne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2021

L'exclusion tacite des partis du pouvoir ou reconnus comme tels du temps de l'ancien système, lors des dernières consultations politiques engagées par le président Tebboune sitôt rentré de son séjour médical en Allemagne, fait encore débat. Si certains trouvent cette disqualification tout à fait naturelle, du fait de leur mauvaise publicité, d'autres y voient une grave atteinte au dialogue inclusif prôné par le président de la République lui-même. D'autant qu'il ne s'agissait pas moins, entre autres sujets, de discussion autour de la dissolution de l'APN où les partis concernés détiennent la majorité des sièges.
A voir de près le contexte dans lequel se sont déroulées les consultations en question, à la veille du 2e anniversaire du « hirak », on peut comprendre que la présidence ne voulait s'embarrasser en s'affichant avec des partis qui constituent la première cible de la colère populaire. Des décisions qui suivirent ces rencontres entre le président de la République et les chefs de plusieurs partis politiques allant dans le sens de l'apaisement à travers la libération de détenus incarcérés suite à des attroupements jugés illicites et autres activismes « subversifs » sur les réseaux sociaux, en sus de l'annonce de la dissolution de l'APN et l'organisation d'élections législatives anticipées, il en sort que les autorités ne peuvent plaider la chose, autant d'appels du pied aux hirakistes pour les convaincre et les faire adhérer au changement en cours et faire son contraire si jamais les partis les plus décriés et rejetés par le « hirak » se joignaient à ces discussions politiques.
La présidence a ainsi choisi de faire vivre la démocratie loin de l'urne. Les partis qui ont confisqué l'urne sont automatiquement exclus du vrai processus démocratique qui s'enclenche ? Cela en a tout l'air. Pourtant, il est admis dans un cadre démocratique que seule l'urne, qui exprimerait le choix libre et démocratique des électeurs, a ce pouvoir de sanction contre les partis politiques. On est là face à des signes qui expriment la crise de la démocratie, comme un peu partout à travers le monde, y compris dans des pays «berceau» de la démocratie. Hélas, pour le moment, c'est le seul outil disponible pour organiser politiquement les sociétés afin de leur éviter des implosions fatales.
A trop vouloir déplacer la démocratie loin des bureaux de vote sans proposer aucune solution de rechange, on risque de sombrer dans le chaos. Pour se prémunir contre toute confiscation des droits politiques, tant que la loi fondamentale offre cette opportunité, la rue doit s'organiser et imposer ses choix à travers l'urne en hissant de nouveaux acteurs au-devant de la scène nationale et aller tranquillement et pacifiquement vers le renouvellement de la classe politique. En attendant, personne n'a le droit d'exclure l'autre hors d'un cadre légal et juridique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.